- Publicité -
mercredi 29 juin 2022
- Publicité -
DomicileEconomieTourisme : Relance conditionnée par la stabilité

Tourisme : Relance conditionnée par la stabilité

Avec la réalisation des élections qui mènera probablement à la stabilité, le secteur du tourisme pourrait retrouver sa performance d’auparavant. Mais des risques subsistent encore selon Rova Robert, professionnelle du secteur. Interview.

Midi Madagasikara. Comment était la saison 2013 ?

Rova Robert. La basse saison de janvier à mars était très calme comme d’habitude à cause de la période cyclonique. Entre avril et juin, les touristes commençaient à venir en masse. Au début de la haute saison en juillet, la situation s’annonçait bien jusqu’à ce que des incidents se produisent. Les plus dramatiques étaient le lynchage à Nosy-Be, lequel a engendré l’annulation des réservations ; et l’insécurité dans les parcs nationaux comme le cas d’Antsiranana et de l’Isalo. Depuis, le secteur est redevenu instable. Les impacts étaient considérables surtout pour les parcs nationaux et la destination Nosy-Be. La tendance basculait vers les destinations qui mettent en avant les plages et les zones marines. Bref, dans sa globalité, la situation était pire que celles des années précédentes.

Midi. Qu’en est-il des perspectives pour cette saison basse de 2014 ?

Robert. En général, les touristes ne sont pas nombreux en début d’année. Les opérateurs profitent pour faire le bilan, le congé annuel et la préparation de la prochaine saison. Mais les ventes se poursuivent également.

Midi. Et la haute saison 2014 s’annonce-t-elle bien ?

Robert. Cela dépendra de la stabilité politique. Actuellement, les hôteliers reçoivent déjà de nombreuses réservations pour le mois d’avril et les mois suivants. Mais ce ne sont jusqu’ici que des allotements pour prévoir d’éventuelles occupations et pour assurer la disponibilité des hébergements. Mais les agences n’hésiteront pas à annuler, en cas d’instabilité. Bref, la situation politique est déterminante.

Midi. Quel genre de touristes sont aujourd’hui les plus intéressés par la destination Madagascar ?

Robert. Comme toujours, les touristes français sont les plus nombreux. Ils représentent près de 70 % de l’ensemble et l’incident de Nosy-Be de l’année dernière était très mauvais pour le tourisme dans la Grande-île. De plus, Nosy-Be figure parmi les principales destinations dans le pays. Pour relancer le secteur, il faut regagner la confiance de ces touristes, en assurant la stabilité et la sûreté.

Antsa R.

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser