- Publicité -
lundi 26 septembre 2022
DomicileEconomieProduits d’exportation : Des résidus de pesticides constatés

Produits d’exportation : Des résidus de pesticides constatés

Ce ne sont pas tous les produits agricoles exportés qui sont concernés par ce problème de résidus de pesticides. (Photo d’archives)
Ce ne sont pas tous les produits agricoles exportés qui sont concernés par ce problème de résidus de pesticides. (Photo d’archives)

La direction de la Protection des Végétaux ne délivrera aucun certificat phytosanitaire pour les produits ne respectant pas les mesures qu’elle impose.

Des produits agricoles destinés à l’exportation vers les pays de l’Union Européenne ont été refoulés en raison de la présence de pesticides. Tout récemment, 23 000 kg de haricot expédiés par un opérateur au départ du port de Mahajanga n’ont pas respecté les normes européennes car des résidus de cyterméthrine y ont été détectés. Une autre quantité de vanille, le produit phare faisant la réputation de la Grande Ile ainsi que des baies roses qui commencent déjà à conquérir les différents marchés sur le plan international sont également touchés par ce même problème. Des notifications répétées envoyées par le Système d’Alerte Rapide (RASSFF) de l’Union Européenne concernant les résidus interceptés sur ces produits agricoles exportés vers ce Continent ont été reçues par la direction de la Protection des Végétaux au sein du ministère de l’Agriculture. Face à cette situation, cette autorité compétente a pris des mesures drastiques tout en renforçant ses contrôles auprès des producteurs jusqu’aux opérateurs afin d’éviter que cela ne ternisse l’image de la Grande Ile, a-t-on communiqué au sein du ministère de l’Agriculture.

Pas tous les produits. En effet, depuis ces deux dernières années, des opérateurs travaillant dans ces filières qualifiées de porteuses ont exporté leurs produits vers les pays de l’Union Européenne mais ils n’ont pas respecté les exigences de leurs clients. A titre d’illustration, la cyterméthrine a été utilisée pour le traitement des produits avant leur embarquement au port alors que ce genre de pesticide est appliqué sur les plantations agricoles. Force est de remarquer que ce ne sont pas tous les produits agricoles notamment les grains secs, la vanille et les baies roses expédiées vers ce Continent qui sont concernés par ce problème de résidus de pesticides. Il y a bel et bien des opérateurs qui savent respecter méticuleusement les exigences des pays de l’Union Européenne en matière de normes et qualité. C’est pourquoi, leurs produits n’ont pas été refoulés. A preuve, certains exportateurs nationaux arrivent entre autres à mettre en place une traçabilité de leurs produits allant des producteurs jusqu’aux consommateurs finaux. D’autres éliminent carrément toute intervention des produits chimiques comme les pesticides tout au long de leur exploitation car ils se lancent dans l’agriculture biologique.

Traitement par fumigation. Comme principales mesures, la direction de Protection des Végétaux encourage les opérateurs à effectuer le traitement par fumigation avec des produits homologués à Madagascar durant le stockage et avant l’expédition de leurs produits destinés à l’exportation. Cette autorité compétente se charge en même temps de superviser et assister les traitements des magasins et de ces produits d’exportation. A cet effet, elle veille à ce que la dose et la fréquence de l’application de ces produits homologués pour le traitement par fumigation ainsi que la propreté des locaux et les environs immédiats soient respectées. La direction de Protection des Végétaux conseille également aux exportateurs de bien séparer les stockages des produits agricoles des pesticides et des appareils de traitement dans un même local. Aucun certificat phytosanitaire ne sera ainsi délivré pour les produits agricoles destinés à l’exportation ne respectant pas ces mesures imposées par la direction de la Protection des Végétaux, a-t-on évoqué. Les exportateurs obtiennent ce certificat après le contrôle de l’autorité compétente de leurs produits avant l’embarquement au port.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser