- Publicité -
jeudi 2 février 2023
DomicilePolitiqueBlanchiment d’argent et trafic d’or : Intervention suspecte d’un conseiller du président...

Blanchiment d’argent et trafic d’or : Intervention suspecte d’un conseiller du président et d’un Général de la Police

Est-il possible que l’on exporte illicitement des lingots d’or, au moins deux fois par semaine, vers Dubaï sans que la Police de l’Air et des Frontières de l’aéroport d’Ivato ne soit au courant ?
Est-il possible que l’on exporte illicitement des lingots d’or, au moins deux fois par semaine, vers Dubaï sans que la Police de l’Air et des Frontières de l’aéroport d’Ivato ne soit au courant ?

Les indo-pakistanais qui se trouvent dans le collimateur de la chaîne pénale cherchent une protection au haut lieu.

L’affaire de blanchiment d’argent et de trafic d’or qui implique une famille indo-pakistanaise ayant une grande propriété à Tsaralalana et un grand magasin à Andraharo connaît un nouveau rebondissement.  En effet, on a appris hier qu’outre le haut responsable du ministère de la Justice qui essaie de protéger les personnes impliquées dans cette grave affaire, un conseiller spécial du président de la République et un Contrôleur Général de la police nationale seraient intervenus pour bloquer les procédures au niveau de la chaîne pénale anti-corruption. L’officier général de la police se serait même permis d’interpeller les magistrats en charge du dossier qui comporte des preuves irréfutables sur l’existence de ce blanchiment d’argent et de ce trafic d’or. Les passeurs qui travaillent avec ces exportateurs illicites d’or sont actuellement identifiés. Chose curieuse, on connaît d’après les investigations menées par la chaîne pénale anti-corruption que ces « Karana » impliqués exportent illicitement, au moins deux fois par semaine, des lingots d’or vers Dubaï et l’Inde alors que la Police de l’Air et des Frontières à Ivato ne serait pas au courant de l’existence de ces trafics.

Mandat d’emmener. Malgré les mandats de comparution qui ont été délivrés contre les « Karana » impliqués dans l’affaire, ces derniers refusent jusqu’à présent de comparaître devant la chaîne pénale anti-corruption à Faravohitra. Face à ce refus, la chaîne pénale anti-corruption se préparerait  à lancer des mandats d’emmener contre eux. En tout cas, une fiche technique et des preuves sur cette affaire de blanchiment d’argent et de trafic d’or instruite par la chaîne pénale anti-corruption auraient été déjà envoyées au président de la République. Ce dernier, qui a confirmé devant le Secrétaire Général des Nations Unies sa détermination à restaurer l’Etat de droit et à lutter contre la corruption, connaîtra davantage les détails de l’affaire à son retour de l’extérieur. A propos de cet Etat de droit, il faut rappeler que le nouveau président Hery Rajaonarimampianina a déjà pris les mesures qui s’imposent pour mettre fin aux trafics de bois de rose à Madagascar. Des mesures saluées par les bailleurs de fonds de la Grande île dont la Banque Mondiale. Des grosses têtes de ces trafics de bois précieux font actuellement l’objet ‘IST (Interdiction de Sortie du Territoire). Pour bon nombre d’observateurs, le président de la République devrait faire de même pour éradiquer les trafics d’or qui ne profite qu’à une minorité étrangère.

Recueillis par RAJAOFERA Eugène

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser