- Publicité -
jeudi 8 décembre 2022
DomicileSociétéLitige foncier à l’EPP des 67ha : L’affaire portée devant le juge,...

Litige foncier à l’EPP des 67ha : L’affaire portée devant le juge, hier

Il semble qu’aucun terrain d’entente n’ait encore été trouvé sur le litige foncier opposant l’Ecole Primaire Publique des 67ha N.E aux responsables de l’Ecole New Eden 67Ha, qui seraient les propriétaires du bâtiment en cours de construction (jugée illégale), juste devant cette école publique. Apparemment, les deux parties sont déterminées à défendre respectivement leur cause, étant donné que l’affaire a été portée devant les juges, hier. A cet effet, selon les explications, les membres de la direction de cet établissement scolaire public (y compris ceux de l’association des parents ou Fram) auraient demandé au tribunal de suspendre immédiatement ces travaux de construction en cours, vu que ceux-ci dérangeraient le bon déroulement des activités pédagogiques de l’EPP, ainsi de mettre en péril la santé de quelques élèves. «Ce sont les élèves du CP1, les plus vulnérables qui sont contraints de faire face tous les jours aux poussières, aux mauvaises odeurs, et aux tapages en provenance de ces travaux. Par conséquent, nous avons été contraints d’abandonner leurs salles de classe malgré le manque d’infrastructures qui pèse déjà», rajoute Randrianasoa, Président Fram au sein de ladite EPP. Avant de continuer : « Ce n’est pas le fait qu’ils ont construit un gros bâtiment qui nous dérange, mais le fait qu’il le construit trop prêt de l’EPP, empêchant ainsi toutes les possibilités d’aération des salles de classe concernées ».

Pas de permis de construire. Par ailleurs, quelques sources locales ont confié que ce nouveau bâtiment en cours de construction deviendrait également une école privée, appartenant donc aux mêmes propriétaires. «Même si le terrain leur appartient vraiment, ces travaux de construction restent toujours pour nous illicites, vu qu’ils n’ont même pas obtenu un permis de construire. Nous venons juste de le vérifier à la commune et on nous a clairement affirmé qu’aucun permis ne leur a été délivré. Pourtant, ils continuent toujours à bâtir, en faisant comme s’il n’y avait eu aucun problème». Quoi qu’il en soit, personne ne pourra se prononcer vainqueur qu’après la décision du Tribunal vers la fin de la semaine prochaine.

Arnaud R.

Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser