- Publicité -
samedi 24 septembre 2022
DomicileCulturePORTRAIT - Dadou Razafindrakotohasina : Littéraire, sportif et président de fédération

PORTRAIT – Dadou Razafindrakotohasina : Littéraire, sportif et président de fédération

«Dadou Razafindrakotohasina en stage avec son fils Jao à Pala, Californie du Sud avec l'instructeur Marty Smith ».
«Dadou Razafindrakotohasina en stage avec son fils Jao à Pala, Californie du Sud avec l’instructeur Marty Smith ».

Depuis le temps que les amoureux de moto concoctent ce projet de fédération, la voila sur pied depuis une dizaine de jours. La fédération malgache a vu le jour avec deux ligues officiellement créées à Analamanga et Vakinakaratra. A la tête de la fédération riche de 8 clubs moto, Dadou Razafindrakotohasina, un féru des deux roues qui a commencé à rouler depuis son bac « car je n’aimais pas le bus, j’y étais à l’étroit ». C’est vrai, volleyeur, basketteur et là, adepte de moto, Dadou Razafindrakotohasina fait dans les 1m90 au moins. Issu d’une famille de sportifs, c’est un heureux mari et papa de trois enfants : Jao 17 ans, champion de moto «il a trouvé sa voie tout seul », Nivo, jeune fille de 14 ans et Ilo, compétiteur moto aussi du haut de ses 11 ans « l’aîné le fait et il a suivi ». Donc, pour des questions pratiques, il s’est acheté une moto, en 1987 pour suivre des études de droit à Ankatso, est ensuite tombé sur des magazines de moto. Puis vinrent les longues ballades et la passion est là jusqu’à ce jour.

Double passion. Collégien de Saint-Michel, ce jeune homme issu d’une grande famille a transité au collège Saint-Antoine en première car Saint-Michel n’avait pas de série littéraire à l’époque alors qu’il savait déjà qu’il voulait aller vers le droit et le notariat comme son père Mahandrison Razafindrakotohasina. Bachelier en 1986,  il a fini ses études de droit ensuite après un examen pour devenir notaire en 1997 et un stage dans le cabinet de son père, il a réussi son défi professionnel. « C’est ma passion ».

La moto aussi est devenue une passion pour lui. Il a bel et bien fait du volley au sein du club de Aro ou du basket-ball au collège Saint-Michel mais la moto a pris une proportion énorme. Compétiteur et organisateur de courses, il a mis un frein avec l’arrivée des enfants. Sa première organisation de course a été à Ambohidratrimo en 1997, suivi de l’enduro Suzuki  d’Ambohimanga. Moto pour moto, c’est un passionné de Harley Davidson « on est en train de constituer ce qu’on appelle  HOG Harley Owner Group à Madagascar. »

A la question « Pourquoi la fédération de moto », il nous a répondu « pour qu’on puisse courir à l’extérieur, plus on y va, plus le niveau s’améliore et plus on fréquente les meilleurs, plus on en profite. J’ai vu la grande différence lors du championnat du monde en 2011 » Or, il faut être une fédération dans les normes pour jouer dans la cour des grands. Et surtout être affilié à la fédération internationale de moto. Ils pensent le devenir d’ici décembre 2015. En attendant, la fédération malgache vise d’envoyer des jeunes au « motocross de nations » en 2015 en France ainsi que de rejouer au championnat du monde junior en août en Belgique. « On se prépare depuis le mois de novembre ».

Côté niveau technique, par rapport à la Réunion, « ce sont seulement les deux premiers Réunionnais qui ne sont pas battus par nos jeunes champions. Grâce aux stages que les pilotes ont effectué à l’extérieur ou avec les instructeurs déjà venus au moins à deux stages au pays, cela s’est nettement amélioré ». Dans leur objectif à court terme aussi se trouve la création d’autres ligues dans les régions de Diana, Atsinanana et Haute-Matsiatra. Tout comme la

sécurité routière des motards avec les casques.

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser