- Publicité -
samedi 24 septembre 2022
DomicileEconomieQMM-Environnement : 7 ha de terrains réhabilités depuis janvier 2014

QMM-Environnement : 7 ha de terrains réhabilités depuis janvier 2014

La replantation se fait conformément au planning établi.
La replantation se fait conformément au planning établi.

Les grands investissements miniers comme l’exploitation d’ilménite par Rio Tinto QMM à Fort Dauphin se conforment à leurs obligations en matière environnementale

Le bilan est plutôt positif pour Rio Tinto QMM, le groupe qui exploite le gisement d’ilménite de Fort Dauphin. D’après la fiche de réhabilitation minière sortie par la compagnie, l’on totalise actuellement une surface de 125 ha de réhabilitation de 2009 jusqu’à ce  jour. Parmi cette réhabilitation, 7 ha de terrains ont été réhabilités depuis janvier 2014.

Réalités. Rio Tinto QMM qui investit beaucoup en moyens humains, matériels et financiers  a opté pour une réhabilitation qui tient compte des besoins et des réalités sur place. « Pour faire face à la pénurie prochaine de bois dans la zone, des plantations d’espèces utiles à croissance rapide  comme eucalyptus robusta, l’eucalyptus citriodora, l’acacia sp, le lepironia mucronata (Mahampy), et le casuarina equisitifolia. Ces espèces plantées permettront de valoriser des terrains actuellement impropres à l’agriculture et sans aucune utilité. Les rendements annuels en bois à l’hectare permettront d’approvisionner de façon soutenue quelques 10 000 villageois en bois de chauffe ou 4 000 personnes en charbon de bois. Les plantations peuvent être récoltées dans 6 à 10 ans».

Impacts positifs. En tout cas, l’Office National de l’Environnement (ONE) et  le Comité de Suivi en Environnement Régional (CSER) reconnaissent dans son bilan des activités de la mine pendant ces 5 années d’exploitation de l’ilménite de Fort Dauphin, que les impacts positifs sont beaucoup plus conséquents que les impacts négatifs. Pour rappel, la convention d’établissement conclue entre le gouvernement malgache et Qit Madagascar Mineral S.A en 2001, prévoit la remise en état des zones exploitées qui s’étalent sur 2120 ha. Et la replantation par des espèces à croissance rapide est justement destinée à atténuer les effets néfastes de l’exploitation sur l’environnement. Mieux, le programme de réhabilitation est assortie de mesures  créatrices d’activités qui sont de véritables sources de revenus pour la population locale. Pour ne citer, entre autres que la production de bois de construction, de chauffe et de charbon.

La plantation d’espèces à croissance rapide permettra par ailleurs de maintenir et même d’augmenter la superficie utilisable pour la collecte et la commercialisation des divers produits recherchés par les populations locales. A long terme, le site permettra par exemple l’approvisionnement en bois d’énergie de la région Anosy et la mise en place d’un plan de gestion durable des ressources avec les intervenants concernés.

R.Edmond

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi joli