- Publicité -
mercredi 8 février 2023
DomicileEconomieDéveloppement rural : Un film court sur la gestion du budget familial

Développement rural : Un film court sur la gestion du budget familial

Les paysans ne doivent vendre leur récolte qu’en cas de besoins et à un prix incitatif. (Photo d’archives)
Les paysans ne doivent vendre leur récolte qu’en cas de besoins et à un prix incitatif. (Photo d’archives)

Les paysans formés ont su maîtriser leurs dépenses et se lancent dans d’autres activités secondaires comme l’élevage en cas de revenu insuffisant.

Le ministère de l’Agriculture par le biais de son Projet d’Amélioration de la Productivité Rizicole (PAPRiz) met à la disposition des projets et programmes, des ONG et bien d’autres organismes œuvrant dans le secteur agricole un outil incontournable pour le développement rural. C’est la formation sur la gestion du budget familial via un film court intitulé « Adisanina Mpamadika ». Ce court métrage a été sorti en 2013, en collaboration avec la maison de production Scoop Digital.

80 000 CD/DVD. Ce film éducatif et divertissant relate notamment les problèmes causés par la mauvaise gestion du budget familial et apporte la meilleure solution y afférente. Notons que ce film a été produit en vue de faire une conscientisation de masse. Plus de 80 000 CD et DVD ont été vendus l’année dernière. En fait, la gestion du budget familial aide les agriculteurs à résoudre leurs problèmes financiers chroniques qui ruinent les ménages à cause de la mauvaise gestion de leurs revenus. « Nous leur apprenons via ce film court comment gérer les revenus issus de la vente de leurs récoltes tout en limitant les dépenses suivant un ordre de priorité. En principe, les paysans doivent placer leur production dans le grenier communautaire villageois et peuvent l’écouler quand le prix est incitatif. Ensuite, ils doivent maîtriser leurs dépenses et ne vendent qu’en cas de besoins comme la préparation de la campagne culturale, la scolarisation des enfants et l’achat des produits de première nécessité », a expliqué Christina Vololontsoamalandy, coordinatrice régionale du PAPRiz à Alaotra Mangoro.

250 000 Ariary. Les impacts de cette formation sur la gestion du budget familial sont palpables. « Conscient du revenu mis à leur disposition, certains paysans formés ont pu éviter le gaspillage et enregistrer ensuite une épargne d’une valeur de 250 000 Ariary. Par contre, d’autres ont dû se lancer dans d’autres activités secondaires comme la riziculture pluviale et l’élevage à cycle court car leur revenu est insuffisant pour faire face à la période de soudure », a-t-elle rajouté. Notons que les paysans formés pratiquent la technique culturale améliorée de PAPRiz et obtiennent un rendement moyen de 5 tonnes/ha.

Navalona R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Objectif 2026