- Publicité -
lundi 6 février 2023
DomicilePolitiqueReprésailles contre le Mapar : Les jours sont comptés pour Christine Razanamahasoa

Représailles contre le Mapar : Les jours sont comptés pour Christine Razanamahasoa

 Le refus par le Mapar de cautionner le nouveau gouvernement de Kolo Roger coûterait cher pour la présidente de l’Assemblée nationale Christine Razanamahasoa.
Le refus par le Mapar de cautionner le nouveau gouvernement de Kolo Roger coûterait cher pour la présidente de l’Assemblée nationale Christine Razanamahasoa.

L’Assemblée nationale est convoquée en session extraordinaire le 23 avril pour adopter un nouveau règlement intérieur qui aboutirait à la chute de l’actuel bureau permanent.

Le Premier Conseil des Ministres du nouveau gouvernement s’est tenu hier au Palais d’Iavoloha. Le Conseil a pris le décret de convocation de l’Assemblée nationale pour siéger en session extraordinaire à partir du 23 avril, c’est-à-dire mercredi prochain. L’adoption du Règlement Intérieur de l’Institution figurera à l’ordre du jour de cette session extraordinaire qui s’annonce déjà très houleuse après la formation de la nouvelle équipe gouvernementale. Les membres du bureau permanent de l’Assemblée nationale, qui sont tous issus du Mapar de l’ancien président de la Transition se trouvent dans le collimateur du président de la Transition.

Aile dure. La tenue de cette session extraordinaire constitue une menace contre la présidente  de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa. Car une fois le nouveau règlement intérieur de la Chambre basse adopté, les élections organisées pour la constitution du bureau permanent de l’Assemblée nationale sont annulées. De nouvelles élections seront tenues. En fait, l’étau se resserre contre Christine Razanamahasoa qui représente l’aile dure du Mapar contre les dissidents de ce groupement politique d’Andry Rajoelina dont certains ont rejoint le gouvernement de Kolo Roger, à savoir Maharante Jean De Dieu et Johanita Ndahimananjara.

Instabilité. La session extraordinaire de l’Assemblée nationale fait suite à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle qui a déclaré l’inconstitutionnalité du règlement intérieur sous la coupe duquel les actuels membres du bureau permanent de la Chambre basse ont été élus. Des députés de la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle (PMP) ont déposé à Ambohidahy une requête contre le règlement intérieur incriminé. A rappeler que les 9 sièges au sein du bureau permanent de l’Assemblée nationale dont un président, 6 vice-présidents et 2 questeurs ont été raflés par le Mapar. Une situation qui favorise l’instabilité du régime du président Hery Rajaonarimampianina. Reste à savoir si avec les nouvelles élections qui suivront l’adoption du nouveau règlement intérieur, le Mapar aura encore ses places au sein du nouveau bureau permanent de la Chambre Basse.

RAJAOFERA Eugène

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser