- Publicité -
jeudi 11 août 2022
DomicileÀ lireMarc Ravalomanana : « Je suis prêt à comparaître devant un tribunal...

Marc Ravalomanana : « Je suis prêt à comparaître devant un tribunal compétent »

Marc Ravalomanana a évoqué la Constitution et la Feuille de route pour défendre son droit de retour au pays.
Marc Ravalomanana a évoqué la Constitution et la Feuille de route pour défendre son droit de retour au pays.

A entendre l’ambassadeur sud-africain Gert Grobler, le retour au pays de l’ancien président n’est pas pour demain.

Marc Ravalomanana multiplie ses déclarations. Hier, au cours d’une intervention téléphonique adressée à ses partisans à Bel‘Air, l’ancien chef de l’Etat a réitéré suite aux récentes déclarations de la ministre des Affaires Etrangères qu’il est prêt à comparaître devant le tribunal compétent. « Je suis prêt. C’est pourquoi j’ai désigné l’avocat Désiré Randrianarivelo pour me représenter dans tous les procès qui m’impliquent. », a-t-il martelé. Parlant de son retour, Marc Ravalomanana a déclaré qu’il a déposé mercredi dernier auprès de notre ambassade à Pretoria une deuxième demande de laissez-passer faute de passeport. « Mercredi dernier à 15 h, jour de la réunion du GIS-M à Antananarivo et suite aux déclarations de la ministre des Affaires Etrangères malgache, j’ai déposé une autre demande de laissez-passer à l’ambassade de Madagascar à Prétoria. J’attends ce laissez-passer. C’est la preuve que je veux rentrer à Madagascar. », a-t-il expliqué. Avant de confirmer qu’à son retour, il apportera la paix et le développement pour le pays.

Déclarations contradictoires. Toujours à propos de son retour, Marc Ravalomanana de laisser entendre que ce n’est pas l’Afrique du Sud qui fait obstacle à son retour. Or, ce qu’a déclaré hier à Andraharo l’ambassadeur de l’Afrique du Sud à Madagascar Gert Grobler en marge de la cérémonie d’ouverture de la célébration de la Journée Internationale Nelson Mandela 2014, semble démentir cette affirmation de l’ancien président. Ce diplomate sud-africain a expliqué que l’ancien président ne peut pas rentrer à Madagascar tant que l’enquête judiciaire que le gouvernement sud-africain mène sur la tuerie du 7 février n’est pas terminée. A bien comprendre Gert Grobler, l’enquête judiciaire en cours en Afrique du Sud a un lien avec le blocage du passeport diplomatique de l’ancien président au niveau du MAE. Autrement dit, si ladite enquête n’est pas terminée, Marc Ravalomanana n’a pas droit à son passeport. Bref, le retour au pays de Marc Ravalomanana n’est pas pour demain. Malgré tout cela, l’ancien chef de l’Etat a confirmé hier son soutien au régime de Hery Rajaonarimampianina.

RAJAOFERA Eugène

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser