- Publicité -
mercredi 29 juin 2022
- Publicité -
DomicileEconomieBois de rose : Un plan d’audit à présenter à la CITES

Bois de rose : Un plan d’audit à présenter à la CITES

« Les recettes obtenues de la vente des stocks de bois de rose seront destinées à conserver la biodiversité et à assurer le développement », dixit le ministre de l’Environnement Anthelme Ramparany.
« Les recettes obtenues de la vente des stocks de bois de rose seront destinées à conserver la biodiversité et à assurer le développement », dixit le ministre de l’Environnement Anthelme Ramparany.

La Banque Mondiale et l’Union Européenne ont manifesté leur soutien au ministère de l’Environnement pour mettre en œuvre son plan d’assainissement de la filière bois de rose et bois d’ébène.

Le plan d’assainissement de la filière bois de rose et bois d’ébène vient d’être présenté par le ministre de l’Environnement, Anthelme Ramparany à l’Assemblée Générale de la CITES à Genève. « Cela n’a pas été un échec. Au contraire, tous les participants nous ont félicités. Par contre, un plan d’audit, ainsi qu’un plan d’utilisation doivent être présentés à la CITES en décembre 2014 afin de lever l’embargo sur la commercialisation des bois de rose saisis par l’Etat », a expliqué le ministre de tutelle en marge du dépôt de son dossier de déclaration de patrimoine hier au BIANCO.

Février 2015. « Ce plan d’audit concerne notamment l’inventaire physique de tous les quatre types de stocks de bois de rose, à savoir, ceux déclarés par les opérateurs, les stocks saisis à l’extérieur, les stocks non déclarés dits sauvages, car les produits sont placés à l’intérieur des forêts ou enterrés, et les stocks saisis par l’Etat. Le transport et la sécurisation de ces stocks inventoriés y sont inclus. Par contre, le plan d’utilisation définit comme son nom l’indique l’utilisation des recettes obtenues de la vente de ces stocks de bois de rose saisis », a-t-il rajouté. L’objectif du ministère est d’arriver à un stock zéro avez zéro coupe, zéro transport et zéro exportation. La CITES a recommandé que ces plans doivent être soumis en décembre, et ce, par voie postale. Le ministre Anthelme Ramparany a d’ailleurs rappelé que le lancement des appels d’offres à l’international, relatifs à la vente des stocks de bois de rose est prévu en février 2015, en attendant la levée de l’embargo par la CITES.

Transparence. En revenant sur le plan d’assainissement, la carbonisation de certains stocks a fait l’objet d’une grande discussion par les autres parties prenantes. « On va incinérer les stocks de bois de rose qui sont en mauvais état, ne présentant plus aucune valeur ou ceux qui sont stockés dans des zones très reculées avec une infime quantité, étant donné que le coût de leur évacuation ne sera même pas couvert par la valeur de leur vente. Mais avant tout ! On priorise toujours les artisans pour une valorisation des produits saisis. Et tout cela sera effectué dans le cadre d’une nette transparence », a-t-il précisé. Le ministre de tutelle a en même temps soulevé que les organisations de la société civile et la communauté internationale sont impliquées dans la mise en œuvre de ce plan d’assainissement. « Ils sont d’ailleurs membres consultatifs au sein du Comité Inter-ministériel », a-t-il conclu.

Navalona R.

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser