- Publicité -
samedi 4 février 2023
DomicileSociétéMSM : « A bas la stigmatisation et la discrimination »

MSM : « A bas la stigmatisation et la discrimination »

Balou Rasoanaivo (au centre) est la présidente du réseau « Solidarité des MSM ».
Balou Rasoanaivo (au centre) est la présidente du réseau « Solidarité des MSM ».

« Ils », devenus « elles », vivent leur différence dans une société où la stigmatisation et la discrimination demeurent tenaces. Il s’agit bien sûr des MSM, ces hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui revendiquent les mêmes droits que tout autre être humain.

Par incompréhension ou par intolérance, les MSM (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) vivent au quotidien les effets de la stigmatisation et de la discrimination dont ils sont victimes, par le fait qu’ils ont une orientation sexuelle différente. Selon une analyse participative effectuée au sein d’un groupe MSM, le poids de la stigmatisation reste fortement ressenti chez ces personnes, à commencer par le cercle familial au niveau duquel ils ne peuvent attendre aucun appui. Ainsi, en dépit des nombreux plaidoyers effectués pour en venir à bout de la stigmatisation et de la discrimination des MSM, celles-ci restent tenaces. Par ailleurs, la communauté des MSM est touchée de près par le problème du VIH/sida, dans la mesure où le taux de prévalence est élevé au sein de cette communauté. L’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, hier, a été saisie par le réseau « Solidarité des MSM » – créé en 2008 et qui fédère 14 associations – en collaboration avec l’ambassade des Etats-Unis, pour se pencher sur les questions touchant les MSM.

Droits fondamentaux. Un projet de réduction de la stigmatisation et de la discrimination envers les LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) à Madagascar, a ainsi été subventionné par l’ambassade des Etats-Unis. « Ce projet a pour objectifs, d’une part, de renforcer les efforts de plaidoyer pour l’application des droits humains, et d’autre part, de lutter contre la discrimination des MSM à Madagascar », explique Balou Rasoanaivo, à la tête du réseau Solidarité des MSM. Et d’ajouter que « les MSM sont des humains comme les autres et doivent jouir des mêmes droits fondamentaux. Malheureusement, ce n’est souvent pas le cas car ils sont discriminés partout, y compris par les agents de la police ou de la gendarmerie. Il arrive même que ces agents des forces de l’ordre sont les auteurs d’abus et de violence envers les MSM ».

Pairs éducateurs. Le projet, à mettre en œuvre dans 17 grandes villes de Madagascar comporte une demi-douzaine de volets, entre autres, le renforcement de capacités en faveur des MSM et des organisations MSM, l’éducation par les pairs, la communication interpersonnelle, ou encore la sensibilisation de masse. 26 pairs éducateurs préalablement formés, procèderont à des actions de sensibilisation. Ils participeront également, ce mois de décembre, à un atelier de plaidoyer pour davantage de partenariat avec les autorités. Avec les récents changements au niveau des divers postes et responsabilités étatiques, en effet, ils doivent reprendre depuis le début le travail de plaidoyer auprès de ces responsables et représentants de l’Etat. Bref, un travail de longue haleine qui attend encore le réseau et ses partenaires, afin que la situation s’améliore.

Hanitra R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser