- Publicité -
jeudi 1 décembre 2022
DomicileFaits-DiversAffaire MSC : « Je suis innocent » dixit Ralaisoa Victorien

Affaire MSC : « Je suis innocent » dixit Ralaisoa Victorien

Au cours d’un entretien qu’il nous a accordé, juste après avoir obtenu une liberté provisoire, Ralaisoa Victorien clame son innocence. « Je suis innocent », a-t-il martelé.

Le 22 juin dernier, ce directeur des armements de cette compagnie maritime, après le travail, s’est adonné à sa passion. La chasse nocturne au chauve souris dans la forêt des Ampamba. C’était vers 19 heures 30 qu’il débarquait à Ivoloina. Et la chasse commençait avec des guides locaux qui sont à la fois des rammasseurs des gibiers abattus. Trente minutes après,une voiture noire arrive avec des individus munis de torches à bord. Ces personnes sont sorties de ce vehicule et ont ratissé les lieux. Une situation qui a mis en garde Ralaisoa Victorien. Quoi de plus normal puisque peu de gens fréquentaient cet endroit. « J’ai vu deux individus sortant de la voiture avec une femme que je connaissais très bien. Cela m’a vraiment mis en alerte. J’ai eu raison puisque à mon retour vers ma voiture, ces personnes ont ouvert le feu. Blessé sur ma cuisse gauche, j’ai riposté avec mon fusil de chasse et puis mon fusil à pompe. A court de munition, alors que j’ai encore vu mes détrousseurs en vie, je n’avais plus d’option que de prendre la poudre d’escampette pour ma survie », a raconté la victime qui a d’ailleurs bénéficié d’une libérté provisoire depuis samedi dernier. Il continue, dans la foulée, qu’il s’est caché dans une fôret pour echapper à ses poursuivants. « Je savais que les deux individus qui se sont lancés à ma trousse, ne renonceraient pas à m’éliminer. Avec mes blessures, j’ai pu parcourir pas moins de 20 kilomètres pour échapper aux malfrats », a-t-il continué. Une fois revenu à Tamatave, après cette course poursuite, il a porté plainte. Une femme et trois hommes ont fait l’objet d’une enquête. Le 25 juin, la découverte du cadavre d’un policier a tout changé. C’est au tour du plaignant de faire l’objet d’une enquête. « On m’a taxé d’être derrière ce meurtre. Je précise que dans le procès-verbal de mes présumés meutriers, ils ont dénoncé ce policier comme étant  le cerveau. Plus tard, la donne a changé pour m’indiquer, cette fois-ci comme étant le meurtrier. Mon poste est très convoité et les autres n’oseront pas payer le prix fort pour m’y éjecter», raconte Ralaisoa Victorien. Il a bénéficié d’une libérté provisoire depuis samedi dernier et livre sa version des faits. Il trouve son limogeage auprès de la MSC excesif puisqu’il n’a jamais été consulté par la direction générale, qui n’avait pas milité en sa faveur. « Je suis innocent et j’ai failli même perdre ma vie face aux agissements des autres», dixit Ralaisoa Victorien. Affaire à suivre…

D.R

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici