- Publicité -
lundi 27 juin 2022
DomicileÀ lireDossier bois de rose : Bekasy et ses deux complices incarcérés à...

Dossier bois de rose : Bekasy et ses deux complices incarcérés à Antanimora

uneDeux Malgaches et un Chinois ont été placés sous mandat de dépôt à la suite d’une audition longue de dix tours d’horloge. Les natifs du Nord montent au créneau pour condamner l’incarcération de l’homme fort de la Sava.

Dix heures et quelques poussières, Bekasy Johonfrince débarquent avec ses deux présumés complices dénommés XU (Chinois) et Herizo (Malgache). Ils étaient déférés devant la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC) pour répondre à trois chefs d’inculpation. « Ils sont taxés de corruption passive et active, de transport illicite de bois de rose et de blanchiment de capitaux » a-t-on appris de notre source auprès de la Chaîne pénale. La direction de la législation et du contentieux auprès de la Primature a représenté l’Etat durant la séance. Les journalistes n’ayant pas accès à l’audition comptaient des tours d’horloge pour avoir finalement les résultats du défèrement. Dix heures de temps plus tard, soit vers 19 heures du soir, nous avons appris du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) que tous les présumés ont été placés sous mandat de dépôt. La même source d’indiquer qu’ils sont détenus provisoirement à la maison centrale d’Antanimora. Cette affaire trouve le ministère de l’Environnement au rang de la partie civile. Juillet dernier, Bekasy et consorts étaient déjà convoqués auprès de la CPAC mais le Procureur Général auprès de la Cour d’Appel a requis un renvoi du défèrement. Ce haut responsable a sollicité à ce que la partie civile soit écoutée et que les témoignages soient multipliés. Une procédure respectée par le Bianco et une fois le dossier clôturé, les trois présumés exploitants illicites de bois précieux ont été présentés à la CPAC, trois mois plus tard. Pour le Bianco, il s’agirait d’un grand palmarès et d’un respect de son engagement dans la lutte contre la corruption. L’efficacité de ce bureau indépendant a toujours été remise en cause par les observateurs, puisque sur les 164 dossiers traités en bois de rose, seulement un individu a écopé d’un emprisonnement ferme.

Renverser la vapeur. Cette fois-ci, la machine anti-corruption a décidé de renverser la vapeur pour tenir tête à ceux qu’ils qualifient de barons du dossier bois de rose. Bekasy et consorts en ont fait les frais. Hier même, les natifs du Nord regroupés à travers l’association FITEFA, « fikambanan’ny terak’Antsiranana » ont réagi face l’incarcération de l’un des leurs. Ces gens constituaient juste de cobaye pour le Bianco » ont-ils condamné dans leur communiqué (ci-dessous). Ils trouvent aussi que l’origine de cette fresque est imputable à une mauvaise organisation due au non-respect de la non-continuité de l’Etat. « Bekasy, cet originaire de la SAVA faisait partie de ceux qui ont obtenu des agréments du temps de la Transition, à l’époque, les dirigeants avaient autorisé l’exportation des stocks de bois de rose moyennant le paiement d’une redevance fixe de 72 millions d’Ar par container. Le ‘task force’ mis en place à cet effet avait toutefois limité l’agrément à 25 containers pour chaque envoi, mais les stocks n’ont pas encore été épuisés que le task force avait été démantelé » ont-ils avancé pour soutenir leur camarade. La date du procès n’est pas encore rendue publique. Les natifs de l’Avaratra continuent de leurs côtés de militer partout pour condamner cet emprisonnement d’un des leurs. A suivre…

Didi R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

9 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici