- Publicité -
dimanche 26 juin 2022
DomicileÀ lireKidnapping d’Arnaud: « C’est l’enfer sur terre… » dixit sa mère

Kidnapping d’Arnaud: « C’est l’enfer sur terre… » dixit sa mère

Arnaud KidnappéUn mois et demi après l’enlèvement des deux enfants, la mère d’Arnaud qui est aussi la tante d’Annie (tuée le 20 décembre dernier) nous a accordé une interview. En gros, un témoignage qui décrit le sentiment d’une mère angoissée, en colère, envahie par la peur et qui ne désire que retrouver son fils, en captivité, loin des siens sans connaître ses conditions de détention.

Midi Madagasikara (M.M) : Quel sentiment ressentez-vous actuellement ?

Bezandry Annie (B.A) : C’est l’enfer. Oui, je confirme que c’est vraiment l’enfer sur terre. On a tué ma nièce et mon fils est menacé, de jour comme de nuit, d’être exécuté par ses ravisseurs. Tous les soirs, je reçois des appels de ces kidnappeurs qui à l’apparence ne sont pas prêts à céder. Je leur propose la somme que nous avons entre les mains mais eux, de leur côté, persistent pour le versement d’une somme colossale, très colossale. Une situation qui, à mon avis, complique les choses. Savoir ce qui est arrivé à Annie me pèse beaucoup tous les jours. L’enjeu est de taille : une question de vie ou de mort.

M.M : Des rumeurs se propagent sur une tractation à Singapour à propos de l’argent de bois de rose. Comment expliquez-vous cela ?

B.A : Non, nous n’avons rien à voir dans cette histoire. Les gens qui véhiculent ces rumeurs sont sûrement en relation avec les cerveaux du kidnapping de nos enfants. Ils veulent dans la foulée blanchir leurs affaires de Singapour. Des gens essaient aussi de véhiculer que nous ne voulons pas payer la rançon. Je dis haut et fort ici que nous sommes prêts à régler cette somme contre la remise en liberté d’Arnaud. Seulement, comme j’ai dit plus haut, nous n’avons pas la somme indiquée en notre possession. Donc, nous continuons de négocier pour une révision à la baisse de cette valeur.

M.M : Comment va votre fils, ses ravisseurs le laissent-ils vous parler au téléphone ?    

B.A : Je ne sais rien de son état. C’est encore un garçon et je m’inquiète beaucoup pour sa santé après cette détention de 45 jours déjà, maintenant. Les ravisseurs ne nous donnent jamais d’occasion pour nous entretenir au téléphone.

M.M : Dans cette affaire, les menaces concernent-t-elles juste votre fils ?

B.A : Outre les menaces au quotidien de tuer Arnaud, ils indiquent également qu’ils sont prêts à nous tuer par des rafales par kalachnikovs et des jets de grenades si aucun terrain d’entente n’est trouvé. Ils disent qu’ils se fichent des forces de l’ordre et n’ont peur de rien. Imaginez-vous que c’est devenu notre quotidien depuis le 23 novembre dernier…

M.M : Votre mot de la fin

B.A : Un message aux kidnappeurs : S’il vous plaît messieurs, libérez mon fils. C’est notre raison de vivre. Nous sommes tous des humains, des parents, et comprenez-nous dans ce sens. S’il vous plaît…

Propos recueillis par D.R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici