- Publicité -
vendredi 1 juillet 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueSénateurs désignés : Une soixantaine de CV pour 21 postes

Sénateurs désignés : Une soixantaine de CV pour 21 postes

La première session spéciale du futur Sénat aurait lieu dans le courant de la semaine du 25 janvier.
La première session spéciale du futur Sénat aurait lieu dans le courant de la semaine du 25 janvier.

Des opérateurs économiques, des politiciens, des artistes, voire des simples citoyens se bousculent pour être désignés par le président de la République dans son quota.

La course aux postes de sénateurs désignés par le président de la République bat son plein. 21 postes sont à pourvoir. Jusqu’à hier, une soixantaine de Cv ont été déposée auprès du secrétariat général de la Présidence de la République. Les règles du jeu ont été définies par le conseil des Ministres du 06 janvier 2016 qui a pris un décret complétant certaines dispositions du décret n°2015-1413 du 21 octobre 2015 fixant le nombre des membres de la Chambre Haute. L’article 3 bis (nouveau) dudit décret stipule : « Sont admis à présenter un ou plusieurs candidats, les groupements, associations ou organismes déclarés ou établis conformément à la loi et dont le but principal est le développement ou la sauvegarde d’intérêts d’ordre économique, social ou culturel ». L’article 81 de la Constitution dispose : « Le Sénat représente les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociales. Il comprend, pour deux tiers, des membres élus en nombre égal pour chaque province, et pour un tiers, des membres nommés par le président de la République, pour partie, sur présentation des groupements les plus représentatifs issus des forces économiques, sociales et culturelles et pour partie en raison de leur compétence particulière. »

Personnes de confiance. Si certains analystes politiques estiment que le président de la République Hery Rajaonarimampianina connaît déjà les personnes qu’il va désigner dans son quota, d’autres pensent que la sélection devrait être la plus objective possible et que les futurs sénateurs désignés devraient répondre aux critères déterminés par la loi. Quoi qu’il en soit, être membre du Sénat est d’abord politique. Les désignations ne peuvent donc pas ignorer des critères politiques et subjectifs. La confiance fait partie des critères subjectifs. Le président Hery Rajaonarimampianina ne pourrait pas désigner sénateur une personne qui pourrait le trahir à un moment. Cette personne de confiance n’est pas forcément HVM pour éviter que la future Chambre Haute ne soit une Institution à sens unique. D’ailleurs, le chef de l’Etat a intérêt à ce qu’il fasse une ouverture après la razzia du HVM aux élections du 29 décembre 2015. Par contre, la personne peut être issue d’un groupement économique représentatif comme le SIM ou le GEM. Pourquoi pas aussi le FIVMPAMA. En tout cas, le Conseil des Ministres du 06 janvier 2016 a décidé que les candidatures aux 21 postes de sénateurs désignés sont adressées au secrétariat général de la Présidence de la République au plus tard un jour franc après la proclamation officielle des résultats définitifs des élections des sénateurs.

R. Eugène

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici