- Publicité -
mardi 28 juin 2022
DomicileSociétéMorondava : L’hôpital « manara-penitra » délaissé… !

Morondava : L’hôpital « manara-penitra » délaissé… !

L’hôpital «manara-penitra» de Namaora-Morondava laissé pour compte. (Photo Anastase)
L’hôpital «manara-penitra» de Namaora-Morondava laissé pour compte. (Photo Anastase)

Situé à proximité du centre hospitalier de référence régional, dans le quartier de Namaora-Morondava, l’hôpital «manara-penitra» fait figure d’enfant pauvre et, est laissé pour compte.

L’hôpital «manara-penitra», un « joyau » construit durant la période de Transition et dont les travaux de construction sont apparemment terminés depuis belle lurette, n’a pas encore ouvert ses portes, encore moins, opérationnel, s’interrogent les communs des mortels. Ce qui fut pourtant l’objet d’un investissement colossal que s’étaient permis de faire les barons de la Transition au niveau de chaque chef-lieu de région.

Volonté politique. Paradoxalement pour bon nombre d’observateurs qui pensent que le régime de l’époque avait mieux fait, et que ces investissements étaient plutôt axés sur l’amélioration directe, en insistant sur une meilleure qualité des infrastructures sanitaires publiques existantes pour mieux répondre aux exigences de la population. Malheureusement, tout le monde constate actuellement que la volonté politique de ces dirigeants d’aller dans ce sens pour améliorer le domaine de la santé, n’est pas pour sitôt, comme en témoignent les états lamentables de la plupart des établissements sanitaires publics, surtout avec l’insuffisance, voire de l’absence de matériels et d’équipements, faute, de budget. Alors que les budgets existent bel et bien, à l’exemple de la construction des ces hôpitaux «manara-penitra» qui finalement n’auraient servi à rien et n’ont apporté rien de bon pour le peuple malgache. Alors que ce dernier, dans la majorité des cas, n’a pratiquement pas les moyens de se prendre en charge pour avoir accès à des soins de santé de base de qualité, encore moins à des soins spécialisés.

Associations humanitaires. Ces patients devront chaque fois s’en remettre à la providence pour un droit à la vie, à travers la venue de groupements ou associations humanitaires de bénévolat. Cela pour des prises en charges gratuites, comme la venue tant désirée de l’ONG internationale «Mercy Ships» tout dernièrement et de la visite en 2015, toujours à Morondava de l’association des médecins de l’Océan Indien, de l’association de médecins d’Arabie Saoudite venues prodiguer des soins et dispenser des formations aux personnels de santé. Pareillement pour la construction d’un hôpital à Belo/Tsiribihina avec dotation de matériels et d’équipement et de la formation du personnel par l’association Louven Développement, etc.

Anastase

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici