- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileSociétéEGRA : Lire dès le plus jeune âge pour améliorer les résultats...

EGRA : Lire dès le plus jeune âge pour améliorer les résultats scolaires

L’atelier de restitution des résultats s’est tenu hier au Carlton. (Photo Kelly)
L’atelier de restitution des résultats s’est tenu hier au Carlton. (Photo Kelly)

L’USAID a présenté hier, lors d’un atelier au Carlton Anosy, les résultats du programme Early Grade Reading Assessment mis en œuvre dans 9 régions, dans tout Madagascar.

La reconnaissance des lettres, c’est un peu comme la reconnaissance des visages. Le cerveau se remémore les traits, et reforme les mots. Voilà pourquoi il est important de lire dès le plus jeune âge. Connaître les lettres, former les mots devient ainsi un exercice facile, et l’enfant réussit très vite à assimiler des idées sans se focaliser sur chaque lettre. Cela l’aide à comprendre, et donc à mieux traiter le sujet. Si la lecture est une activité évidente chez les enfants dans les pays développés, lire n’est pas un hobby apprécié des enfants des pays en développement. Et c’est le cas chez les enfants malgaches. Déjà, la plupart d’entre eux ne fréquentent pas le préscolaire, où l’on apprend les premiers réflexes pour acquérir une bonne base de l’éducation. Mais en plus, le peu d’équipement, le peu d’ouvrages, le peu de qualification des enseignants dans les écoles primaires, la précarité des familles et le faible niveau des parents eux-mêmes sont autant de raisons qui expliquent pourquoi les élèves malgaches sont aussi mauvais en lecture, et donc en compréhension de texte. Une situation qui touche surtout les familles vulnérables qui scolarisent leurs enfants dans le secteur public.

EGRA. Le projet EGRA, ou Early Grade Reading Assessment est soutenu par l’USAID. Ce programme touche 240 écoles à travers 9 régions dans tout Madagascar. Cela concerne à peu près 4 000 étudiants et 400 enseignants, dans le secteur public et privé. De manière générale, les enfants des zones rurales sont moins dégourdis par rapport à ceux qui vivent en milieu urbain. Il va sans dire que le suivi des élèves à la maison améliore concrètement leurs capacités à lire et à comprendre. Les enfants issus des familles précaires ne parlent pas le français. Ils ont donc des difficultés à comprendre et à retenir le graphique des mots. Et même s’ils sont capables de lire le français, ils ne comprennent rien et ne peuvent donc pas traiter le sujet.

Anjara Rasoanaivo

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici