- Publicité -
jeudi 11 août 2022
DomicileSociétéGrossesse précoce : Un fléau dans le Sud

Grossesse précoce : Un fléau dans le Sud

Les jeunes filles enceintes paient parfois cher cette grossesse précoce.
Les jeunes filles enceintes paient parfois cher cette grossesse précoce.

Le phénomène de la grossesse précoce est un fléau qui concerne tout le monde ; la communauté y est responsable, notamment à cause du mariage précoce, favorisé par la culture et souvent la précarité des familles. Dans le grand Sud, une fille de moins de 16 ans sur deux a déjà connu une grossesse.

Le groupe de percussions Bloco Malagasy de Toliara a fait une croisade à Fotadrevo, Ejeda et Ampanihy Ouest, afin de sensibiliser la population sur la prévention de la grossesse précoce et de la mortalité maternelle en collaboration avec les Fonds des Nations unies pour la Population (FNUAP). D’après le responsable, les dernières sensibilisations sur la mortalité maternelle, le mariage précoce et la grossesse précoce se sont bien passées. « Seule l’éducation est l’une des stratégies les plus efficaces pour protéger les enfants contre le mariage précoce. Quand les filles sont capables de rester à l’école, un changement d’attitude et de mentalité peut aussi se produire au sein de la communauté », a-t-il souligné. Malgré les sensibilisations, et bien qu’interdit à Madagascar depuis 2007, le mariage des mineures continue. La coutume, le chômage, la pauvreté dans la région Sud-Ouest en sont les principales causes. Un tiers des jeunes filles de 13 à 17 ans se marient tôt, et sont victimes des conséquences du mariage précoce dans cette localité. L’avenir des jeunes filles est donc critique. Selon les statistiques, la majorité des filles analphabètes de 12 à 15 ans sont mariées, surtout à la campagne. Une fille de moins de 16 ans sur deux est déjà enceinte, ou a accouché de son premier enfant. D’après un médecin gynécologue, le mariage précoce peut avoir des conséquences et des  problèmes de santé : grossesses prématurées, qui emmènent à augmenter le taux de mortalité maternelle et infantile. Par ailleurs, les adolescentes sont plus vulnérables aux infections sexuellement transmissibles, y compris le Vih/sida. Enfin, psychologiquement, les filles qui refusent de se marier sont punies par leurs parents ou leurs familles.

Eric Manitrisa

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici