- Publicité -
dimanche 2 octobre 2022
- Publicité -
DomicileSociétéFormation Professionnelle pour les femmes : Une nouvelle vague de jeunes en...

Formation Professionnelle pour les femmes : Une nouvelle vague de jeunes en quête de travail

L’une des nouvelles sortantes du CFP pour les femmes à Tsimbazaza, recevant sa récompense de la main de la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina.
L’une des nouvelles sortantes du CFP pour les femmes à Tsimbazaza, recevant sa récompense de la main de la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina.

Elles ont les connaissances nécessaires, mais sont encore dépourvues d’expériences professionnelles. La route s’annonce alors longue et difficile pour ces nouvelles sortantes.  

Elles viennent de recevoir leur certificat de fin de formation, hier, dont certains ont été remis en main propre par des membres du gouvernement malgache, et d’autres autorités. Il s’agit des 108 femmes qui ont achevé leur formation professionnelle au sein du centre de formation professionnelle (CFP) pour les femmes à Tsimbazaza. Un lieu d’acquisition de savoirs et de connaissances qui a été construit par la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, avec l’appui technique du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique, et de la Formation Professionnelle (MEETFP), et d’autres ministères. Elles ont suivi pendant environ quatre mois de formations au choix en cuisine, en informatique, et en coupe et couture. Ces jeunes filles et femmes font partie de la première promotion dudit centre, et portent donc le nom de «Santatra» ou commencement. Ce qui est bien, c’est qu’elles sont maintenant capables de voler de leurs propres ailes avec les connaissances qu’elles ont acquises. Cependant, faut-il arguer qu’elles vont s’ajouter au rang des milliers de jeunes malgaches en quête de travail ? Cela, étant donné que bon nombre d’entre elles ne sont pas encore promues à aucun poste. «Je vais maintenant me mettre à chercher du travail. Ils ont seulement pris les coordonnées de toutes les sortantes en promettant qu’ils vont appeler aussitôt qu’il y aura une offre d’emploi disponible», a confié Kanto Ratsimbazafy, l’une des nouvelles sortantes du CFP pour les femmes à Tsimbazaza.

Des métiers vulnérables. C’est une belle initiative de permettre aux jeunes malgaches d’acquérir des savoirs pour les rendre autonomes sur le plan professionnel. Cependant, le problème réside encore dans le fait qu’il n’existe pas encore assez d’emplois pour les plusieurs milliers de jeunes malgaches au chômage. Ce qui explique ainsi ces longues queues à chaque fois qu’une offre de travail existe, comme c’était d’ailleurs le cas avec la réouverture des magasins Magro. Et surtout que d’après le rapport de Toto Lydia, MEETFP, plus de 70% des emplois à Madagascar sont encore des métiers vulnérables. Encore heureux que l’on a appris à ces nouvelles sortantes du CFP de Tsimbazaza de s’auto créer du travail, comme l’a affirmé Kanto R.

Récompensées. Rappelons que jusqu’ici, sept CFP pour les femmes ont été construits dans les grandes villes de Madagascar. Les modules de formation varient en fonction des besoins. Outre les trois filières déjà mentionnées, ces centres dispensent également des formations en jardinage, et en artisanat. Lors de la cérémonie de sortie de promotion d’hier, neuf apprenantes qui ont obtenues les meilleures notes ont été récompensées. Elles ont reçu des kits de cuisine, des ordinateurs complets, et des machines à coudre, par filière.

Arnaud R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici