- Publicité -
lundi 27 juin 2022
DomicileÀ lire« Mitsangàna ry Malagasy » : La démission du président Hery Rajaonarimampianina...

« Mitsangàna ry Malagasy » : La démission du président Hery Rajaonarimampianina réclamée

Des chefs de parti ou leurs représentants qui ont fait leur déclaration, avant-hier, à Andrefanambohijanahary. (photo Nary Ravonjy)
Des chefs de parti ou leurs représentants qui ont fait leur déclaration, avant-hier, à Andrefanambohijanahary. (photo Nary Ravonjy)

Au lieu d’aller en ordre dispersé, l’opposition commence à former un bloc, seul le parti TIM manque au tableau. Elle entend notamment mettre la pression sur les tenants du pouvoir.

Face à la situation qui prévaut dans le pays actuellement, des partis issus de l’opposition et d’autres dirigeants politiques ont tenu une conférence de presse, avant-hier, à Andrefan’Ambohijanahary. Les Sylvain Rabetsaroana, Omer Beriziky, Hajo Andrianainarivelo, Christine Razanamahasoa, Raharisaina Hery, Joseph Yoland, Holijaona Raboanarijaona et Vahombey, pour ne citer qu’eux,  ont répondu présent à cette rencontre avec les journalistes. Le thème choisi, lors de cette réunion, en dit long, portant notamment sur « Mitsangàna ry Malagasy ». Les différents intervenants ont été tous unanimes, ils réclament la démission du président Hery Rajaonarimampianina.

Tourner la page. Lors de son discours d’ouverture, Sylvain Rabetsaroana a parlé des difficultés que rencontre le pays actuellement. En citant notamment l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain, la corruption et la conduite de l’Etat qui laissent à désirer. Pour sa part, le président de l’Association des Anciens Militaires (AAM) Randrianasimanana Solo a déclaré que les ex-militaires vont tourner la page, une manière à lui de dire que l’on a besoin d’autres dirigeants. Tout en signalant au passage que cette association est présente dans 53 districts du pays. De son côté, Gangstabab du parti « Antoko Politika Madio» de réitérer la démission de l’actuel régime et d’enfoncer le clou si la descente dans la rue s’avère nécessaire, on le fera. Outre, la démission du chef de l’Etat, le point commun des discours d’avant-hier, c’est que les différents intervenants soutiennent la revendication de la presse. Sur ce point d’ailleurs, ce fut une occasion en or pour l’opposition de soutenir le mouvement des journalistes pour ne pas dire prendre le train en marche. En effet, même si les partis de l’opposition ne l’ont pas dit ouvertement, ils vont probablement grossir les rangs des journalistes demain. Sans parler des organisations de la société civile qui seront aussi de la partie.

Dominique R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

18 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici