- Publicité -
samedi 25 juin 2022
DomicileEconomieAPMF : Renforcer la communication pour éviter les accidents maritimes

APMF : Renforcer la communication pour éviter les accidents maritimes

Lors de la formation technique prodiguée par un expert de l’OMI.
Lors de la formation technique prodiguée par un expert de l’OMI.

Pour ce faire, une trentaine de personnes représentant diverses institutions ont participé activement à une formation technique prodiguée par un expert de l’OMI.

Madagascar doit suivre l’évolution des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) surtout dans le domaine du secteur maritime. Raison pour laquelle, des techniciens opérant dans ce secteur ont poursuivi une formation technique en matière de radiocommunication des centres de coordination de la recherche et de sauvetage en mer, cinq jours durant, à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Le directeur général de l’APMF (Agence Portuaire, Maritime et Fluviale), le Colonel Zipa Jean Hubert, l’a expliqué lors de la clôture de cet atelier de formation hier.

Actualiser. Rappelons qu’il s’agit d’une formation prodiguée par des experts internationaux de l’OMI (Organisation Maritime Internationale). Une trentaine de personnes représentant diverses institutions tels que le ministère des Transports et de la Météorologie, l’APMF, le COFONA, le Centre de Surveillance de Pêche, l’Aviation Civile de Madagascar, la SPAT et le CFIM y ont participé activement. « L’objectif consiste à actualiser les connaissances techniques des opérateurs radio dans les centres de coordination dans nos zones côtières et ceux des entités techniques des autres départements ministériels étroitement concernés afin de renforcer la communication entre eux. Ce qui permettra ensuite d’éviter les accidents maritimes et fluviaux », a-t-il rajouté.

Remorqueur. Dans la même foulée, le directeur général de l’APMF a soulevé que le MRCC ou Centre de Recherche et de Sauvetage en Mer sera bientôt opérationnel en complément de cette amélioration de la radiocommunication marine. En fait, « il faut prévoir tout dégât et perte en vie humaine en mer en aidant entre autres, des navires en détresse. Tous nos ports disposent chacun de remorqueur pour ce faire, ou bien on peut faire appel aux bateaux voisins. Il y a également des « sub centers » qui s’occupent des recherches et sauvetage en mer à Mahajanga, Toliara, Toamasina, Antsiranana et Taolagnaro », a-t-il conclu.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici