- Publicité -
MG
mardi 16 août 2022
- Publicité -
DomicileDossiers6 et 9 Août 1945 les jours des mille soleil ou...

6 et 9 Août 1945 les jours des mille soleil ou les bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki.

L'équipage chargé de larguer "LITTLE BOY"
L’équipage chargé de larguer « LITTLE BOY »

Il y a 71( soixante et onze) ans presque jour pour jour, le 06 Juin 1945 .« Little boy », pas si gentil petit garçon que ça, a été largué au-dessus de la ville d’Hiroshima , prélude d’un autre largage d’une bombe atomique , trois jours plus tard sur la ville de Nagasaki.  L’éclat et le rayonnement des explosifs d’un nouveau genre   furent  tels  que les témoins ont parlé de jours de mille soleils . 140 000 morts  pour les deux villes, selon le Musée du Mémorial pour la paix d’Hiroshima, furent à déplorer, l’opérateur  chargé de l’opération de lâchage de la bombe s’est exclamé en disant « Mon Dieu qu’avons-nous fait ? » . Ce bombardement  pour sûr doit figurer parmi la liste de crimes contre l’humanité , mais les réactions  de l’époque n’en ont  eu cure , trop heureuses , peut-être d’en finir avec cette guerre. Mais pourquoi est-on arrivé à cette solution qui allait désormais changer le monde ? Mille soleils qui va générer une autre guerre mais cette fois froide. On peut au vu des dégâts se demander quelle mouche a pu piquer les décideurs à déclencher  une telle atrocité, les enjeux politiques et stratégiques valaient- il la peine ? Les leçons retenues sont-elles à la mesure des conséquences ? Ce dossier  aura rempli sa mission s’il peut faire découvrir cet évènement à certains, à mieux appréhender la réalité de ce vécu  pour les autres et pourquoi  pas à faire réfléchir pour tout le monde.

Jour J et Heure H

Ce matin-là, avant 6 heures, il faisait si clair et si chaud déjà que la journée s’annonçait caniculaire. Quelques instants plus tard, une sirène retentit : la sonnerie d’une minute annonçait la présence d’avions ennemis, mais elle indiquait aussi, par sa brièveté, aux habitants de Hiroshima qu’il s’agissait d’un faible danger. Car chaque jour, à la même heure, quand l’avion météorologique américain s’approchait de la ville, la sirène retentissait.(…)

Le matin était redevenu calme, tranquille. On n’entendait aucun bruit d’avion. Alors, soudain, le ciel fut déchiré par un flash lumineux, jaune et brillant comme dix mille soleils .Nul ne se souvient avoir entendu le moindre bruit à Hiroshima quand la bombe a éclaté. Mais un pêcheur qui se trouvait sur sa barque, près de Tsuzu, dans la mer Intérieure, vit l’éclair et entendit une explosion terrifiante. Il se trouvait à trente-deux kilomètres d’Hiroshima et, selon lui, le bruit fut beaucoup plus assourdissant que lorsque les B-29 avaient bombardé la ville d’Iwakuni, située à seulement huit kilomètres.

Un nuage de poussière commença à s’élever au-dessus de la ville, noircissant le ciel comme une sorte de crépuscule.  (…)

Tiré du Monde Diplomatique du 06 Août 1945

Le projet Manhattan

Les bombardements des deux villes  font suite à un projet de longue  haleine lancé en 1942 sous la présidence du président Roosevelt

Les armes nucléaires (bombes à l’uranium et au plutonium), développées en parallèle et en secret par les États- Unis avec l’assistance du Royaume-Uni et du Canada dans le cadre de l’Accord de Québec signé en 1943, ainsi que de nombreux savants européens, étaient respectivement la deuxième et la troisième bombe à avoir été construites, et sont restées les seules déployées depuis cette date sur un théâtre d’opérations.

Trinity

Trinity était le nom du tout premier essai d’une bombe atomique au plutonium, surnommée « Gadget » en partie parce que ce n’était pas une arme opérationnelle. Il eut lieu dans le désert du Nouveau-Mexique, le 16 juillet 1945, sur la base aérienne d’Alamogordo et démontra l’efficacité d’une arme nucléaire. Quatre jours plus tard, les B-29 modifiés du 509e escadron de bombardement commencèrent à mener des raids d’entraînement contre des villes japonaises avec des bombes conventionnelles de la forme et du poids des bombes atomiques ; d’autres missions eurent lieu les 24,26 et 29 juillet. Les chasseurs japonais n’essayèrent pas d’intercepter les appareils et leur altitude de bombardement de 9 100 m les protégeait de la DCA. Au début Kyoto était sur la liste mais en a été soustrait sous la pression, d’intellectuels.

Fallait-il bombarder ?

Selon les estimations les armes dites conventionnelles aurait fait plus de victimes que les bombes atomiques. Mais  il fallait en finir d’autant que les allemands  étaient  déjà  vaincus, l’opinion américaine était rivée sur le front japonais  où  ses militaires essuyaient des pertes sévères.  Puis  les prémices de la guerre froide se pointaient  avec l’entrée en guerre de l’armée rouge dans cette partie du monde. Enfin, la prétexte était toute trouvée avec  les conditions imposées au Japon par la conférence de Postdam (près de Berlin )qui a débuté le 17 juillet jusqu’au 2  août 1945.Elle  a été organisée par les puissances alliées (les États-Unis représentés par Harry Truman,l’URSS par Joseph Staline, et le Royaume-Uni par Winston Churchill puis Clément Attlee ) pour fixer le sort des nations ennemies.  Le 26 juillet, un ultimatum est signifié à l’Empire du Japon lui imposant des conditions  très dures pour  le Japon  dont entre autres :

  • se rendre sans condition sans quoi il subirait une rapide et grave destruction

.-  La reddition complète des forces armées est exigée ainsi que l’abdication de l’empereur Hirohito. Cette dernière  sera refusée par le Premier ministre du Japon.

Dès lors la voie est  libre pour les  bombardements  et le Japon va capituler le 2 septembre 1945

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici