- Publicité -
mercredi 29 juin 2022
- Publicité -
DomicileÀ lireRumeurs de coup d’Etat : Les camps militaires consignés depuis samedi soir

Rumeurs de coup d’Etat : Les camps militaires consignés depuis samedi soir

Enièmes rumeurs de coup d’Etat militaire depuis l’accession au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina. (Photo d’archives)
Enièmes rumeurs de coup d’Etat militaire depuis l’accession au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina. (Photo d’archives)

Des bruits de bottes se font de nouveau entendre. Des mesures de précaution ont été prises sans attendre par le régime en place.

La panique en haut lieu. Une source digne de foi a permis de savoir que tous les camps militaires sont consignés depuis samedi soir. Cette mesure aurait été prise suite aux fortes rumeurs de coup d’Etat qui circulaient depuis vendredi. Par contre, personne n’est en mesure de confirmer si cette mesure a un lien avec la réunion que le président de la République Hery Rajaonarimampianina, chef suprême des Armées, a eue avec les chefs militaires samedi dernier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Rien n’a filtré jusqu’à présent de cette réunion d’importante capitale. Une réunion qui ne devrait se tenir que s’il y a urgence. Ces derniers temps, le régime en place ne lésine pas sur ses moyens militaires pour mâter les mouvements de contestation qui semblent être loin de favoriser la stabilité politique dans le pays. La répression militaire dont sont victimes ces derniers jours les manifestants contre l’exploitation aurifère à Soamahamanina en est la preuve. Sans parler de la présence massive des éléments des forces de l’ordre sur la Place du 13 Mai le jour où l’AFP (Antso ho Fanavotam-pirenena) a programmé sa descente dans la rue.

Appel au dialogue. Visiblement, les deux têtes de l’Exécutif, le président de la République et le Premier ministre, n’adoptent pas la même démarche face aux différents foyers de tension actuels. Si Hery Rajaonarimampianina durcit sa position vis-à-vis de l’opposition en excluant toute concession ou toute recherche de terrain d’entente, Mahafaly Solonandrasana Olivier ne cesse de lancer un appel au dialogue. Un appel qui n’est pas cependant suivi de concrétisation. Les réalités disent le contraire. Ce qui était arrivé au sénateur Lylison René de Rolland, à l’ancien ministre Augustin Andriamananoro, au chanteur Sareraka et à l’ancien chef de région Haute Matsiatra Raharison Bejamin témoigne que le dialogue n’est pas privilégié pour restaurer l’apaisement à Madagascar. En tout cas, la tension ne baisse pas. L’opposition représentée par le MMF (Malagasy Mivondrona ho aminy Fanorenana) persiste sur une élection présidentielle anticipée, tandis que le pouvoir dit non en se lançant déjà dans la pré-campagne pour les Présidentielles de 2018 auxquelles Hery Rajaonarimampianina n’a pas encore confirmé sa candidature.

R. Eugène

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

7 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici