- Publicité -
samedi 25 juin 2022
DomicilePolitiquePrésidentielle de 2018 : L’Union Européenne pour un cadre légal sur le...

Présidentielle de 2018 : L’Union Européenne pour un cadre légal sur le financement des partis

Koen Vervaeke, chef de la mission d’observation électorale de l’Union Européenne (UE) en 2013 est sur le sol malgache depuis mardi dernier. Menant cette fois une mission de suivi électoral, une rencontre avec la presse malgache s’est tenue hier en présence de l’ambassadeur de l’UE à Madagascar, Antonio Benedito Sanchez. Pour cela, Koen Vervaeke a rappelé l’engagement de l’Union dans le pays. « L’Europe reste engagée à Madagascar. D’ailleurs c’est pour cette raison que j’effectue cette mission de suivi afin de mettre en œuvre les recommandations recueillies à l’issue de la mission d’observation en 2013 », a-t-il introduit. Parmi ces recommandations, l’on note dans un premier temps, le cadre légal des élections mais aussi le cadre politique, dans un second temps. Toujours d’après les propos du chef de la mission, le cadre légal devrait être réformé et imposer notamment « le financement des partis politiques, la régulation des médias, l’inclusivité des électeurs à travers l’élaboration sérieuse des listes électorales et enfin, la question du contentieux électoral ». Pour ce qui est du cadre politique, Koen Vervaeke a précisé qu’ «il s’agira de mettre en œuvre le dialogue politique ».

Perspective 2018. Comme son nom l’indique, la mission de suivi regarde d’ores et déjà l’horizon 2018. « Ce ne sont plus des élections de sortie de crise, ce sont des élections normalisées même si on relève encore de la fragilité », a continué Koen Vervaeke. Interrogé par les journalistes sur les élections anticipées, sa réponse a été claire : « pour la normalité du processus, il est fondamentale pour la culture politique de respecter les mandats ». Pour Koen Vervaeke, « l’Union Européenne s’engage, mais la première responsabilité relève du gouvernement ». Le respect de la démocratie est fortement promu par l’Union dans la mesure où « les élections inclusives et démocratiques sont importantes pour la stabilité et pour la légitimité des autorités qui seront issues de ces élections ». Hier après-midi, toujours dans le cadre de la mission de suivi électoral, une table ronde co-présidée par Koen Vervaeke et le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, a eu lieu à Alarobia pour discuter de la mise en œuvre desdites recommandations avec la société civile et les partis politiques. Effectivement, l’UE n’a pas hésité à rappeler l’importance de la neutralité de la Ceni.

Aina Bovel

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Signe du bonheur

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici