- Publicité -
jeudi 30 juin 2022
- Publicité -
DomicileSportsDroit au but : L’ovale ne tourne plus rond

Droit au but : L’ovale ne tourne plus rond

Balayés par la Namibie sur un score incroyable de 66 à 7, les Makis de Madagascar font la risée de tout le monde. Jamais les juniors n’ont subi une telle raclée, sur la pelouse de Mahamasina qui plus est. Une sévère correction que n’arrive pas à effacer la courte victoire de 36 à 35 d’hier face au Kenya.

Car nonobstant le « haka » au début de la rencontre où Polka et ses camarades avaient donné l’impression de vouloir la victoire, on n’a finalement rien vu. La faute à une préparation bâclée et même au mode de sélection, puisque l’entraîneur Mamy n’a pas pu se passer de son habit de Manjakaray pour ensuite faire des Makis une formation à forte coloration Dakar.

Et si cela avait pu se faire au nez et à la barbe des membres de Malagasy Rugby, c’est bien parce qu’ils avaient autre chose à faire avec cet objectif précis de couper l’herbe sous les pieds de la Ligue d’Analamanga. Par trois fois, bien par trois fois, Malagasy Rugby avait tout fait pour empêcher la tenue du championnat d’Analamanga allant jusqu’à brandir la carte de la relégation en 3e division pour chaque club qui y participe.

Invoquant des nouveaux consignes du World Rugby pour ensuite parler d’un championnat fédéral et enfin d’un championnat d’Analamanga à 20 équipes et devant attendre la tenue des championnats au niveau des sections dont on sait que cela ne prendra fin qu’au mois d’octobre pour la seule section de Tana et ses 58 clubs, Marcel Rakotomalala est venu chaque fois semer la zizanie.

On croyait d’ailleurs qu’il est ami avec le président d’Analamanga, Andry Ravelojaoana. Mais si ça se trouve, ce n’est qu’une amitié de façade, puisqu’il ne fait que lui mettre des bâtons dans les roues. Mais en creusant plus loin, ce harcèlement, car il s’agit d’un, viendrait plutôt des conseillers de Marcel Rakotomalala dont certains ont été des candidats malheureux à la présidence de la Ligue d’Analamanga et donc des adversaires déclarés de Andry Ravelojaona.

Ce qui explique tout. Enfin presque car on n’arrive pas à comprendre pourquoi Marcel Rakotomalala cautionne une telle attitude qui nuit au rugby malgache dans son ensemble. Imaginez si les clubs tananariviens, excédés par tant de haine, décident du jour au lendemain de boycotter les Makis. C’est la catastrophe assurée. Et dans cette saga, même le ministère des Sports qui se contente de regarder, ne sera pas épargné par l’opinion et cette aile dure qui a copieusement sifflé Marcel Rakotomalala quand il est venu serrer la main des joueurs, jeudi à Mahamasina.

Clément RABARY

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici