- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicileVisionRetour à la case départ !

Retour à la case départ !

Claudine Razaimamonjy serait de retour à l’HJRA. Le conditionnel est de rigueur car depuis le début de l’affaire, il y a trop d’hypothèses, beaucoup de zones d’ombre pour ne pas dire de doutes qui pourraient (encore le conditionnel) profiter à l’accusée quand bien même ce principe fondateur serait (toujours le conditionnel) soumis à …condition dans le cas d’espèce.

Retour à la case départ !

Le scénario était visiblement écrit à l’avance. Avec pour réalisateur, le Premier ministre qui était sorti du bois de Mahazoarivo après le passage du mini-vent de remaniement qui n’a pas ébranlé son siège. Et ce, pour remettre sur le plateau une séquence « efa nandeha » disant que « c’était une Evasan et non pas une évasion organisée ». A croire que le philosophe de la Primature est mieux placé que les juristes du SMM pour qualifier l’infraction. Car infraction il y a eu à partir du moment où toutes les étapes de la procédure n’ont pas été respectées. Entre autres et non des moindres, l’exécution du mandat de dépôt par le passage obligé à Antanimora avant l’évacuation à l’HJRA. Le fait pour la fugitive de revenir à la case départ du 10 avril dernier à 3h 30 du matin, ne signifie pas que le délit d’évasion n’était pas constitué. C’est comme si en restituant ce qu’il a volé, un voleur n’avait pas l’intention de voler. Tout au plus, cela pourrait (encore et toujours le conditionnel) être une excuse absolutoire, cause légale d’exemption de peine quoique le fond(s) de l’affaire Claudine Razaimamonjy porte sur des présumés détournements de deniers publics, de blanchiment d’argent et de favoritisme en matière de marchés publics. En somme (c’est le cas de le dire), la question de l’Evasan ou de l’évasion est accessoire par rapport aux principaux chefs d’inculpation. De toute façon, tôt ou tard, la propriétaire de l’hôtel d’A & C devra quitter la chambre 126 de l’HJRA comme elle l’avait fait une première fois pour effectuer une angiographie cérébrale à la Clinique Fortis Darné à Maurice, alors même que cet examen radiologique de la circulation sanguine du cerveau est faisable à la Polyclinique d’Ilafy depuis juillet 2007. C’était d’ailleurs un spécialiste mauricien qui avait formé ses confrères malgaches à la manipulation du matériel de pointe acquis par la clinique appartenant à Mamy Ravatomanga. Ceci expliquant peut-être cela par rapport à l’Evasan ou l’évasion de la femme d’affaires proche d’Iavoloha.

R.O

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici