- Publicité -
dimanche 14 août 2022
- Publicité -
MG
DomicileFaits-DiversMada Omby : Arrêt de l’approvisionnement en bovidés de la capitale

Mada Omby : Arrêt de l’approvisionnement en bovidés de la capitale

La pénurie de viande de zébus menace la capitale. Assurant 90% du ravitaillement de viande de zébus sur le marché de la capitale, l’association Mada Omby a suspendu cette activité, hier. « Cette décision qui a été prise lundi, sera maintenue pour une durée illimitée », annonce Tahiry Sambehafa, président du conseil d’administration de Mada Omby. Ayant pris acte de cette disposition, l’association a bloqué l’acheminement des 1 000 têtes de zébus à destination d’Antananarivo en provenance d’Antsalova. Et la même consigne a été adressée à tous les membres de l’association répartis dans toutes les régions notamment Melaky, Bongolava, Haute-Matsiatra, et la Sud-Ouset.

Selon les explications, cette mesure qui sanctionne la capitale, fait suite au différend entre Mada Omby  et la Gendarmerie de Tsiroanomandidy. A l’origine de la discorde est la dénonciation par voie de presse faite par les leaders de l’association à l’endroit de la gendarmerie. Lundi, ils ont rencontré la presse pour dénoncer ce qu’ils qualifient de racket et d’abus d’autorité pratiqués par les gendarmes de Bongolava. Telle la réclamation d’une somme de 2 000 ariary par tête de bovidé fait par les gendarmes travaillant dans les postes de contrôle de la circulation des troupeaux à destination de la capitale.

Le conflit a explosé, selon les dires des conférenciers lorsque l’association a refusé de payer cette obligation pour un troupeau de 200 têtes la semaine dernière. Ainsi, la gendarmerie n’a pas signé les FIB et l’autorisation de sortie de la marchandise. Mais le problème ne s’est pas arrêté là car 100 de ces zébus étaient par la suite  dérobés par des dahalo. Acte que Santatra Rakotondrasoa, directeur exécutif de Mada Omby qualifie d’un coup monté pour intimider l’association. Une intimidation qui est selon lui, confirmée par la menace par téléphone qu’il a reçue, mercredi, de la brigade de la gendarmerie de Tsiroanomandidy. « Cette menace confirme la détermination de la gendarmerie de ne plus signer les FIB et l’autorisation de sortie des bovidés de l’association », précise-t-il tout en demandant la prise de responsabilité des autorités compétentes pour résoudre ce problème.

T.M.

- Publicité -
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici