- Publicité -
jeudi 1 décembre 2022
DomicileEconomie40e session de la Conférence de la FAO : La situation de...

40e session de la Conférence de la FAO : La situation de l’alimentation et de l’agriculture examinée

Le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, a soulevé l’opérationnalisation effective du Fonds Vert lors de cette Conférence de la FAO.

Madagascar fait également partie des pays vulnérables aux effets du changement climatique.

 « Changement climatique, agriculture et sécurité alimentaire ». Tel est le thème discuté lors de la 40e Session de la Conférence de la FAO qui se tient depuis 03 juillet jusqu’au 08juillet 2017 à Rome en Italie. D’aucuns reconnaissent que le changement climatique constitue une menace pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Raison pour laquelle, la situation de l’agriculture et de l’alimentation dans le monde a été examinée dans le cadre de cette Conférence. En fait, Les pays à faible revenu y compris Madagascar et les agriculteurs pauvres sont particulièrement vulnérables. L’agriculture doit ainsi à la fois s’adapter au changement climatique et contribuer à l’atténuer. Pour ce faire, les pratiques agricoles doivent être modifiées tout en améliorant les moyens d’existence des ménages agricoles pauvres.

Vulnérables. En outre, des changements s’imposent également à l’échelle du système alimentaire. Il faut mettre en place des politiques et des institutions qui permettent d’harmoniser les objectifs en matière de développement agricole, de sécurité alimentaire et d’action climatique. Ces dispositifs doivent être financés par des ressources suffisantes et à utiliser de manière stratégique afin d’assurer un impact maximal. Notons que Madagascar est représenté par une délégation conduite par le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, lors de cette 40e session de la Conférence de la FAO. Lors de son allocution, il a évoqué que la Grande île a déjà entrepris de nombreuses actions d’adaptation et d’atténuation au changement climatique dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. « Mais durant ces trois dernières années, Madagascar figure parmi les pays de l’Afrique australe durement touchés par les phénomènes El Nino et La Nina. Les campagnes agricoles notamment dans le Sud sont compromises et ont engendré une grave insécurité alimentaire et nutritionnelle. Le pays fait également partie des pays vulnérables aux effets du changement climatique », a-t-il fait savoir.

Protection sociale. Et tout récemment, la sécheresse et l’inondation ont affecté le secteur agricole. Du coup, « des actions de protection sociale et de filet de sécurité s’imposent pour les ménages ruraux très vulnérables. Il s’agit d’une solution à court terme. Par contre, une politique sectorielle agricole pour les 15 à 20 ans à venir est déjà mise en œuvre dans le but d’assurer un développement durable du secteur agricole. Il s’agit entre autres, de la construction ou de la réhabilitation des infrastructures d’irrigation permettant d’augmenter la superficie exploitable ainsi que de la facilitation de l’accès des produits agricoles aux marchés, tant sur le plan national qu’international », a-t-il enchaîné. Des appuis en intrants agricoles aux petits exploitants agricoles accompagnés des encadrements techniques, ne sont pas en reste pour améliorer leurs productivités.

Navalona R.  

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici