- Publicité -
samedi 10 décembre 2022
DomicileÀ lireConversation téléphonique de Claudine : « La fuite ne vient pas du...

Conversation téléphonique de Claudine : « La fuite ne vient pas du Bianco », dixit Jean Louis Andriamifidy

Le Directeur général du Bianco a confirmé l’authenticité du document audio qui a fait le tour des réseaux sociaux.

Authentique. Le Directeur général du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), Jean Louis Andriamifidy a confirmé hier que l’enregistrement audio sur la conversation téléphonique entre Claudine Razaimamonjy et un agent du Bianco est un document authentique. Ce support audio a circulé sur les réseaux sociaux et relayé par la presse depuis le week-end dernier. Durant la présentation du rapport annuel 2016 du Bianco qui s’est tenue hier à Ambohibao, le patron de la Villa La Piscine a expliqué que cet élément a été pris dans le cadre de l’affaire Ambohimahamasina, à l’époque où la Conseillère spéciale du président de la République a ignoré deux convocations du Bianco. Selon ses dires, « cet enregistrement a été transmis avec le procès verbal d’ensemble concernant une affaire impliquant Claudine Razaimamonjy. Puisqu’elle ne s’est pas présentée à Ambohibao pour être auditionnée, il nous a fallu donc transmettre le dossier avec des preuves sur cette résistance abusive qu’elle a faite ». D’après les explications, une transcription écrite de cette conversation et un support audio ont été transférés à la CPAC. Jean Louis Andriamifidy de soutenir que « les agents du Bianco ne sont pas les seuls dépositaires de ce support audio car il a également été envoyé dans son ensemble à la Justice pour qu’elle puisse être en mesure d’apprécier pourquoi nous n’avons pas pu auditionner la personne ».

Enquête. L’objectif de la conversation téléphonique serait donc de prouver aux juges de la Chaîne pénale anti-corruption que la patronne de l’hôtel « A&C » a refusé d’être auditionnée. En ce qui concerne la fuite de ce document censé être confidentiel, le numéro Un du Bianco a affirmé qu’ « elle ne peut pas provenir du Bianco ». En effet, Ambohibao tente de renvoyer la balle dans le camp de la Chaîne Pénale Anti-Corruption et soupçonne, en quelque sorte une fuite au niveau de la CPAC. « Dès que cet enregistrement audio est sorti sur les réseaux sociaux, nous avions mené une enquête en interne pour déterminer l’auteur de la fuite », a-t-il déclaré. Et d’ajouter au passage : « nous sommes à peu près sûr, d’ailleurs nous disposons des preuves qui peuvent affirmer que la fuite ne vient pas de chez nous ». Le numéro Un du Bureau Indépendant Anti-Corruption a toutefois lancé un appel à l’endroit des journalistes qui ont sorti cet enregistrement audio afin de dénoncer l’auteur de la fuite si c’est un agent du Bianco. « Pour que nous puissions prendre des sanctions car il n’y a pas de place pour ce genre de comportement au sein du Bianco », a-t-il soutenu.

Résistance. Bien malgré cette incertitude, Jean Louis Andriamifidy tente d’écarter toute implication du Bianco dans la fuite de cet enregistrement. « Si la fuite vient de nous, la personne qui l’a commise a agi en son nom personnel et son agissement n’engage en aucun cas la responsabilité du Bureau », a-t-il annoncé. Même si le patron de la Villa La Piscine a déclaré qu’Ambohibao dispose des preuves déclinant toute responsabilité des agents du Bianco dans la fuite de ce document qui confirme que Claudine Razaimamonjy a réellement fait de la résistance à son audition, l’on constate toutefois qu’il existe une petite incertitude dans ses propos. En effet, Jean Louis Andriamifidy a reconnu qu’ « il est possible qu’un employé du Bianco qui dispose de la copie de cet enregistrement ait commis cet acte ». Il insiste cependant sur le fait que l’agissement d’une personne n’engage en aucun cas la responsabilité du Bianco. De son côté, le Directeur territoriale du Bianco Analamanga, le Général Benjamina Ratovoson a déclaré que si cette fuite a été commise par un employé du Bianco, celui-ci risque à la fois une poursuite judiciaire et une sanction administrative. « L’auteur sera immédiatement limogé », a-t-il averti. Hier, les hauts responsables du Bianco ont affirmé que le traitement des autres dossiers de Justice impliquant Claudine Razaimamonjy suit son cours actuellement.

Davis R

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici