- Publicité -
jeudi 30 juin 2022
- Publicité -
DomicileSociétéONG SAHA : Une dynamique de la société civile à Madagascar

ONG SAHA : Une dynamique de la société civile à Madagascar

Les unions des communautés de base (VOI), gestionnaires de ressources naturelles ont été récompensées. (Photo Anastase)03

Créée en 2011 au terme du programme SAHA financé par la coopération suisse et qui a duré 12 ans (2000-2012), l’ONG SAHA a célébré cette année ses six années d’existence. L’objectif  de cette ONG est avant tout de poursuivre les actions héritées du programme SAHA.

Depuis 2012, la genèse et l’émergence de l’ONG SAHA ont été toujours soutenues par la coopération suisse, notamment à travers des appuis institutionnels de courte durée et du programme Matoy qui a duré quatre ans (2013-2016) dont l’ONG Saha, au sein d’un consortium, figure parmi les régisseurs. C’est à partir de ce programme Matoy que l’ONG Saha a décidé de se positionner davantage du côté des acteurs en tant que programme. Autrement dit, c’est à partir de là que l’ONG Saha fait partie intégrante de la dynamique de la société civile à Madagascar. Ce, pour mieux mobiliser la société civile dans les actions de développement et pour une société civile apte de jouer les rôles de force de proposition et de contre-pouvoir.

Projet  SATA. Depuis lors, l’ONG Saha n’a de cesse de chercher des projets au sein de ses partenaires plutôt que de dépendre d’un seul programme. Le projet SATA, un projet de renforcement des organisations de la société civile (OSC) gestionnaires de la forêt de « tapia » et des lacs, à exercer leurs fonctions de force de proposition, d’interprétation, de contre pouvoir et de plaidoyer dans les districts d’Arivonimamo et de Miarinarivo, région Itasy. Ce projet financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’ONG Saha a débuté en 2014 pour prendre fin en juillet 2017. Il a permis d’impliquer d’une manière plus significative les communautés de base dans la gouvernance des ressources naturelles dont la forêt de « tapia », endémique et les lacs. Il s’agissait de contribuer au terme de ce projet à une société civile plus forte et indépendante, capable de défendre ses intérêts à différentes échelles et d’accroître les capacités d’influence et d’action des OSC pour qu’elles s’affirment en véritable acteur dans le paysage institutionnel local, régional, voire national. 72 418 personnes dont 30 408 hommes et 35 028 femmes de plus de 18 ans, sont désormais les bénéficiaires .

CHAN-MOUIE  Jean Anastase

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici