- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicileSociétéDécès d’un écolier à Anatihazo Isotry : Peste selon le MEN, angine...

Décès d’un écolier à Anatihazo Isotry : Peste selon le MEN, angine d’après l’établissement

Neuf personnes sont encore sous traitement au Centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra.

Un écolier a succombé à la peste pulmonaire le week-end dernier, selon le Ministère de l’Education nationale (MEN) qui l’a publié hier sur son compte facebook. Une info vite démentie par l’établissement scolaire concerné qui attribue la cause du décès à une angine. Ordonnance du médecin à l’appui.

Un élève en classe de 8e dans un établissement catholique sis à Anatihazo Isotry est décédé samedi dernier. D’après les informations partagées en ligne par le MEN, l’enfant a succombé à la peste. Il était présent à l’école le mercredi 25 octobre et admis à l’hôpital le soir même. Cet enfant qui était, par ailleurs, servant de messe à l’église du même nom, est le seul à avoir contracté la peste dans son établissement, selon le MEN. Conformément aux recommandations indiquées en présence de pareil cas, des mesures prophylactiques ont déjà été prises concernant les camarades de classe de l’enfant. Une chimio prophylaxie de contact, dont le suivi est assuré par un médecin inspecteur de la localité.

Démenti. La directrice de l’établissement concerné a tenu à apporter un démenti à l’information publiée par le MEN, en précisant que la cause du décès est une angine. Et de produire entre autres pièces, l’ordonnance du médecin qui a traité l’écolier dont la mort a fait resurgir la crainte des parents d’élèves au moment de la reprise des cours par certains établissements catholiques. En tout cas, hormis ce cas avéré ou pas, aucune autre contamination par la peste ni décès dû à cette maladie n’a pour l’instant été enregistré dans les établissements scolaires qui ont repris les cours le 25 octobre dernier.

Sept nouveaux cas. Pour rappel, 13 régions de Madagascar sont encore concernées par l’épidémie de peste. On assiste actuellement à une nette diminution du nombre de personnes prises en charge dans les centres de traitement existants. Il n’en demeure pas moins que le risque d’une reprise de la courbe croissante de l’épidémie reste possible en cas de relâchement dans les efforts de riposte. Les données fournies par le ministère de la Santé publique et publiées par le BNGRC le 2 novembre 2017, font état de 76 personnes actuellement en cours de traitement parmi lesquels figurent sept nouveaux cas enregistrés le 1er novembre 2017, dont deux dans la région Analamanga, deux dans la région Haute Matsiatra, deux dans l’Amoron’i Mania et un dans la région Alaotra Mangoro.

Hanitra R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici