- Publicité -
mardi, mai 17, 2022
DomicileSportsLes travailleurs de l’ombre - Randriamalala Julio Kenan : « On est...

Les travailleurs de l’ombre – Randriamalala Julio Kenan : « On est si près du niveau mondial ! »

Celui qui a dit cette phrase est notre unique joueur de badminton dans le classement mondial de badminton. Même lui, il a été étonné de se trouver dedans et a compris ensuite que cela s’est fait suite à sa participation internationale à Maurice et surtout aux trois matches gagnés ! Ce sera notre travailleur de l’ombre du jour.

Pourquoi Randriamalala Julio Kenan est un travailleur de l’ombre ? C’est tout simplement parce que le badminton est aussi dans l’ombre pour le moment. On aura beau des passionnés qui tireront leur discipline vers le haut, quand la volonté de faire briller les champions n’est pas là, ce sera toujours vain. Né un 23 Mars de l’an 2000, 1m65 pour 55kg, à 17 ans, il est en première année en Droit. « Je veux devenir un entrepreneur. Et pour cela, la connaissance du droit est primordiale. Surtout le droit des personnes morales !! Donc on verra ce que cela va donner. Je pense étudier la Gestion en 2019 aussitôt quand j’aurai ma licence en droit ». Il a commencé le badminton il y a deux ans. Il était en classe de terminales « Je ne me suis jamais imaginé jouer de cette discipline jusqu’à ce que j’essaie. Et depuis, j’ai eu le virus du badminton ». Par rapport à d’autres sports, c’est son choix « j’aime beaucoup les sports très physiques ou d’endurance. Au début, je ne voulais pas, mais quand on arrive à toucher le volant, c’est là que la magie s’opère. C’est un sport très physique, très tactique, très morale, très intellect. Enfin c’est très dur »

Pour sa discipline et le sport en général, il nous dira « rien n’est totalement impossible. Il y a quelques années, on pensait tous que le foot malgache était sans avenir. Mais regardez où est-il en ce moment ? Ce que je peux dire pour le badminton malgache, c’est qu’il y a encore beaucoup de boulot à faire. Mais non pour le niveau. Je trouve qu’on a un très beau niveau par rapport aux autres et qu’on peut certainement briller dans pas longtemps. C’est au niveau organisationnel que je veux en venir. A mon avis, il n’est pas impossible que le badminton évolue enfin au niveau international si on nous apporte l’aide nécessaire, genre gymnase et financement. Les seuls tournois dans lesquels on nous aide sont seulement : les jeux des îles pour les seniors et le CJSOI pour les juniors. On est actuellement absent en Afrique. Je dirai même invisible parce qu’on ne nous donne point la chance de disputer des matches sur le Continent. Donc la réponse est oui si on nous donne le strict minimum pour prouver notre vraie valeur et par l’occasion celle de notre pays ».

Notre jeune champion joue depuis 2015 chez Baobad Badminton Club. Un club qui se soucie de la vulgarisation du badminton à Madagascar. « Je suis maintenant en élite ou série A, c’est à dire le niveau le plus élevé ici. J’ai réussi à arriver jusqu’aux demi-finales pour chaque tournoi en élite depuis décembre 2016 et même aux championnats de Madagascar. Et pendant la dernière de Juillet 2017, j’arrivais à ma première finale ».

Son message aux sportifs « j’encourage tous mes amis badistes, travaillez durement et vous serez récompensé sûrement ! Je veux également en profiter pour un appel aux sponsors ! Si vous pouvez, veuillez aider notre fédération. Car d’après ce que j’ai pu voir à Maurice, on n’est pas loin de l’exploit international. On est si près du niveau mondial ».

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici