- Publicité -
jeudi 11 août 2022
DomicileEconomieEITI : Une mission d’évaluation de la performance de Madagascar

EITI : Une mission d’évaluation de la performance de Madagascar

Les missionnaires de l’EITI rencontrant le ministre chargé des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.

Un engagement soutenu de toutes les parties prenantes s’impose pour avoir une première validation de la Grande île à la conformité aux normes internationales sur la bonne gouvernance et la transparence dans le secteur extractif.

Deux représentants du Secrétariat International de l’EITI (Initiative pour la transparence dans les industries extractives), à savoir, Alex GORDY, Validation Manager et Indra THEVOZ, Country Officer, basé en Oslo, sont venus à Madagascar. « Ils effectuent une mission d’évaluation de la performance de Madagascar en matière de bonne gouvernance et de transparence du secteur extractif car le pays se prépare à se soumettre au processus de validation à la conformité aux normes EITI », a expliqué Daniella Andriafeno, le Secrétaire Exécutif de l’EITI à Madagascar, lors d’une rencontre entre ces membres du Secrétariat International de l’EITI et les membres de l’EITI Madagascar ainsi que les représentants de la société civile hier à Ampandrianomby.

Exigences. Il s’agit notamment d’une norme  internationale sur la bonne gouvernance de ressources pétrolières, gazières et minières. Elle nécessite entre autres, une démarche volontaire du gouvernement et des industries extractives de publier annuellement les rapports de production et d’exportation de ces ressources ainsi que les données relatives aux recettes et aux retombées socio-économiques tirées de l’exploitation de ce secteur extractif.  Notons que Madagascar a déjà appliqué les normes EITI depuis 2008. Mais le pays a été suspendu par le Conseil d’Administration du Secrétariat International de l’EITI en raison des problèmes politiques. Cette suspension a été ensuite levée en 2014. La Grande île entame ainsi sa première validation aux normes EITI. « Il y a sept exigences de l’EITI, dont entre autres, la fiabilité des données sur la production et l’exportation des produits extractifs, le contrôle de l’exploitation et le principe de délivrance de permis  ainsi que les retombées socio-économiques pour les communautés locales et les impacts environnementaux. Ces missionnaires sont ici pour évaluer les progrès réalisés par Madagascar », a-t-elle rajouté.

Changement. En fait, tous les 52 membres de l’EITI sont tenus aux mêmes exigences minimales pour avoir une validation à ces normes internationales. « Il s’agit d’un processus d’assurance qualité. On est là pour encourager toutes les parties prenantes. En fait, l’objectif n’est pas de réaliser un rapport tous les ans mais de contribuer au changement pour la population, le développement de la politique minière et la gestion des ressources financières issues du secteur extractif. La rencontre avec le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, nous a permis entre autres de constater que l’EITI est utile pour le gouvernement afin de procéder aux réformes des réglementations du secteur et à la gestion de la délivrance de permis », a fait savoir Alex Gordy, Validation Manager au sein de l’EITI. Il faut savoir que ces missionnaires de l’EITI sont en visite à Madagascar durant cette semaine. Ils vont rencontrer tour à tour les parties prenantes dont entre autres, les organisations de société civile, les industries extractives, l’administration publique et les partenaires techniques et financiers. Une réunion de tous les acteurs concernés aura lieu vendredi pour clore les discussions.

Ensuite, « le rapport d’évaluation de Madagascar sera remis à un cabinet international indépendant qui se charge de sa validation. Les documents seront renvoyés dans le pays car il a encore un droit de regard. Et le Conseil d’Administration de l’EITI prendra une décision de validation de Madagascar tout en précisant son niveau de progrès au premier trimestre de 2018. Ce sera une première validation pour ce pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

- Publicité -
Jovena
- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici