- Publicité -
dimanche 2 octobre 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueEducation : Le cheval de bataille de Hery Rajaonarimampianina pour 2018

Education : Le cheval de bataille de Hery Rajaonarimampianina pour 2018

Une transparence est de mise en ce qui concerne les moyens et le budget utilisés dans le cadre de ces visites.

La nomination du président national du parti HVM à la tête du Sénat marque le coup d’envoi de la campagne électorale pour les tenants du pouvoir. Depuis, tous les leaders du parti sont sur le terrain pour une offensive de charme auprès de la population. Le président Hery Rajaonarimampianina se trouve particulièrement au premier plan. En l’espace d’une semaine, il était entre autres, à Tsimbazaza, à Soanierana et au Coliseum d’Antsonjombe pour distribuer des kits scolaires, à Farahantsana Mahitsy et à Amboasary Avaratra dans le District d’Anjozorobe pour assister à l’inauguration d’un pont et au lancement officiel du chantier de la centrale hydroélectrique, et dans la Région Melaky et à Amparafaravola pour l’inauguration d’une banque de semences. Ce week-end, le parti au pouvoir prépare aussi une démonstration de force à Mahajanga. Le Premier minsitre Olivier Mahafaly Solonandrasana et les membres du gouvernement participent activement aussi à cette campagne avant la lettre.

Interventions médiatiques. Apparemment, Hery Rajaonarimampianina a décidé de faire de l’Education nationale son cheval de bataille pour 2018. « Un président proche des élèves et de leurs parents ». C’est l’image qu’il souhaite véhiculer en multipliant les inaugurations et remises de dons au niveau des EPP et des CEG à travers l’île. Et ce, même si ce ne sont pas des infrastructures nouvellement construites qu’il inaugure durant ces descentes. Ce sont simplement des salles de classe réhabilitées. Pour ce qui est du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier qui est aussi le Chef de l’Adminsitration et le ministre de l’Intérieur, il participe aussi à la précampagne du HVM. Il était présent notamment le 20 novembre dernier lors de l’inauguration de nouvelles infrastructures au Lycée Ambohimangakely. Ces derniers temps, le locataire de Mahazoarivo multiplie les interventions médiatiques. Il n’hésite plus à lancer des piques et à défier l’opposition. Comme ce fut le cas cette semaine lorsqu’il s’est adressé aux leaders de l’opposition qui interpellent les autorités par rapport au projet de Code électoral. « Est-ce qu’ils souhaitent piquer mon siège de Premier ministre ? » s’est-il demandé.

Transparence. De son côté, le président national du parti au pouvoir, Rivo Rakotovao multiplie lui aussi les déplacements dans les régions pour rencontrer les partisans du HVM. Elu président du Sénat le 30 octobre dernier, il semble vouloir continuer d’assumer son ancienne fonction de ministre de l’Agriculture, en effectuant encore des travaux auprès des agriculteurs, notamment à Alaotra Mangoro et dans l’Itasy. Ces déplacements sont pourtant organisés en pleine session parlementaire. On constate en tout cas qu’à un an de la Présidentielle, le HVM commence déjà à user et abuser des prérogatives de puissances publiques. Et ce, sans parler des excès de zèle des partisans du parti et des représentants de l’Etat dans ces localités. Une transparence est de mise en ce qui concerne les moyens et le budget utilisés dans le cadre de ces visites.

Infantilisation. Avec ces remises de dons, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » continue l’infantilisation du peuple. Nul n’ignore que la distribution de fournitures scolaires, de riz et d’argent, d’une manière ponctuelle a toujours été utilisée durant les précédents régimes. Cela ne résoudra pas les problèmes de pauvreté qui frappe 92% de Malgaches. Cette situation prouve que le parti au pouvoir ne songe à apporter aucun changement à la pratique politique. Et ce, même si cela figurait parmi les promesses de campagne du candidat « numéro 3 » Hery Martial Rajaonarimampianina en 2013. Désormais, la population espère que le Chef de l’Etat et le gouvernement fassent plus d’efforts pour apporter des solutions définitives entre autres, à l’insécurité, à la flambée des prix du riz et des produits de première nécessité, à la corruption généralisée, et au non- respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance. Dans sa résolution du 15 novembre dernier, le Parlement européen considère Madagascar comme « le pays en paix le plus pauvre du monde ». Si le HVM réussit à changer cette triste réalité en un an, Hery Rajaonarimampianina sera assuré d’obtenir un second mandat, sans pour autant être obligé de faire une récupération politique auprès de ses concitoyens.

Davis R

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici