- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueUnion africaine : Contre le « Ni…Ni… » en 2018

Union africaine : Contre le « Ni…Ni… » en 2018

La rencontre a duré deux heures hier à Faravohitra.

Après le Parlement européen, l’Union africaine, par la voix de son émissaire Ramtane Lamamra, prône une élection présidentielle sans exclusion en 2018.

Les membres de la communauté internationale restent solidaires quant à la nécessité d’élections inclusives et transparentes à Madagascar en 2018. Hier, lorsqu’il s’est entretenu à Faravohitra avec l’ancien président Marc Ravalomanana, l’émissaire de l’Union africaine Ramtane Lamamra a déclaré que le peuple malgache doit être libre d’élire qui il veut pour diriger son pays si l’on veut préserver la paix et la stabilité politique et que personne ne doit être exclu de l’élection présidentielle de 2018. Le diplomate algérien Ramtane Lamamra était hier à la troisième journée de son séjour à Madagascar. Depuis son arrivée, il a déjà rencontré plusieurs personnalités étatiques et politiques du pays, pour ne citer que le président du Sénat, non moins président national du HVM, Rivo Rakotovao, le président par intérim de l’Assemblée nationale Freddie Mahazoasy et le ministre des Affaires étrangères, non moins secrétaire général du parti au pouvoir. Au cours de ces rencontres, il a été toujours accompagné par la représentante permanente de l’Union africaine à Madagascar Hawa Ahmed Youssouf.

Retour en arrière. L’ancien président Marc Ravalomanana a pour la énième fois réitéré hier à Faravohitra que le « Ni…Ni… » est une formule politique révolue. « Nous ne sommes plus en 2013. Nous sommes déjà en 2017. La situation évolue. Appliquer de nouveau le « Ni…Ni… » est synonyme de retour en arrière. », a-t-il martelé. Avant d’affirmer que l’exclusion à la prochaine élection présidentielle pourrait constituer une source de nouvelle crise politique dans le pays. Lors de sa rencontre avec Ramtane Lamamra, le président national du TIM a été assisté par quelques têtes pensantes de son parti dont Donnat Andriamahefamparany (SG du TIM), Rolland Ravatomanga (ancien ministre) et Me Hanitra Razafimanantsoa (vice-présidente de l’Assemblée nationale). Quant à l’émissaire Ramtane Lamamra, il poursuit aujourd’hui ses consultations auprès d’autres leaders des forces politiques de Madagascar en vue d’éventuelle prise de position par l’Union africaine dans le processus électoral malgache. Sauf changement, le diplomate algérien quitte le pays ce soir.

R.Eugène

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

Flash-Eco

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici