- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicileEconomieAdministration fiscale : 20 ans d’évolution et de performance pour la DGI

Administration fiscale : 20 ans d’évolution et de performance pour la DGI

La Direction générale des Impôts lance la célébration de son 20e anniversaire. Des portes ouvertes se tiennent actuellement à Anosy.

La lutte contre le secteur informel figure désormais parmi les plus grands défis que la Direction Générale de l’Impôt (DGI) compte relever. Celle-ci va cibler en particulier les secteurs des mines, de la pêche, des forêts, ainsi que la filière vanille.

7,7% en 1995 et aujourd’hui à 11,4% ! C’est l’évolution du taux de pression fiscale à Madagascar, qui indique également le progrès de la DGI, dans la collecte de recettes publiques internes. Hier, cette direction générale a lancé la célébration de son vingtième anniversaire, qui s’étalera jusqu’en octobre 2018. D’après le DG des Impôts, Iouri Garisse Razafindrakoto, cette augmentation continue du taux de pression fiscale est le fruit des améliorations des services, entre autres, la mise en place de Centres fiscaux dans les différents Districts à travers la Grande-île, la responsabilisation des agents à travers les contrats de performance, etc. « Les recettes fiscales augmentent chaque année, grâce aux efforts entrepris. La DGI dispose en tout de 2062 employés dont 800 sont des femmes. Le personnel est généralement jeune, car les agents ayant entre 25 et 30 ans représentent déjà plus de la moitié de l’ensemble du personnel », a indiqué le DG des impôts. Ces propos ont été réaffirmés par le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, qui a évoqué les expériences confirmées de la DGI. « L’Administration fiscale est celle qui assure les ressources internes de l’Etat. Elle est donc déterminante pour le financement des dépenses publiques, si je ne cite que les services sociaux comme l’éducation, la santé, etc. Cependant, la DGI doit renforcer la lutte contre l’informel, en misant surtout sur les mines, la pêche, les forêts et la vanille qui méritent une attention particulière », a affirmé le ministre.

Difficultés. Malgré la bonne évolution, Madagascar reste encore à la traine, en termes de pression fiscale, avec un taux de 11,9% prévu pour l’année 2018. Outre la dominance du secteur informel, le représentant des employés de la DGI a soulevé des difficultés liées à l’insécurité, à la puissance des fraudeurs et à l’insuffisance des moyens dans le recouvrement des impôts. Néanmoins, des solutions à ces problèmes sont en cours de mis en œuvre grâce aux nouvelles technologies qui rendent possible les paiements à distance et les télédéclarations, via Internet, ou téléphone mobile. Par ailleurs, la lutte contre la corruption et la sensibilisation au civisme fiscal s’inscrivent également dans les actions d’amélioration menées par la DGI. Selon le ministre des Finances et du Budget, la crainte des contribuables doit également être écartée par la confiance et la redevabilité. En effet, les actions pour le civisme fiscal considèreront les informations justifiant les impacts positifs des paiements des impôts par les contribuables. Une conception participative de la stratégie de l’amélioration de la fiscalité a également été évoquée par le ministre. Bref, même si la DGI a toujours surpassé les objectifs fixés dans les lois de finances des années successives, elle compte miser encore plus. Ces informations sont exposées aux portes ouvertes de trois jours à Anosy, dans le cadre de ce lancement de la célébration des 20 ans de la DGI.

Antsa R.

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici