- Publicité -
samedi 2 juillet 2022
- Publicité -
DomicileFaits-DiversSérie de kidnappings : Colère des groupements professionnels

Série de kidnappings : Colère des groupements professionnels

Halte à la violence quotidienne, halte au développement de l’industrie du kidnapping et halte à l’insécurité généralisée ! Une triple halte qui en dit long et qui exprime l’indignation des groupements professionnels sur la répétition des cas d’enlèvements dans la Grande Ile. A travers leur communiqué, les 25 groupements signataires doutent de l’implication de la société politique et militaire dans des affaires de kidnapping. « Les enlèvements sont devenus un véritable business d’une mafia dont les ramifications sembleraient atteindre les hautes sphères du pouvoir militaire et politique, créant une situation de terreur nationale. Si de hautes personnalités censées nous gouverner ou nous protéger versent dans des pratiques aussi crapuleuses que criminelles, il y a lieu, non seulement de tirer la sonnette d’alarme, mais également de craindre le pire » a-t-on tiré de l’extrait du document. Pour eux, les enlèvements sont devenus un véritable business mafieux dont les cerveaux ne sont jamais clairement identifiés et encore moins condamnés. Les groupements de professionnels en question sont issus de presque tous les secteurs : industriel, tourisme, bâtiment et travaux publics, opérateurs économiques et encore d’autres.

« No limit ». Ils unissent la voix pour tirer la sonnette d’alarme face à cette faiblesse de l’Etat pour lutter contre le « kidnapping no limit ». Trop c’est trop ! , dénoncent-ils. « L’Etat faillit lourdement à ses responsabilités (…) cette situation mine considérablement le moral des chefs d’entreprises et de leurs salariés, obligeant les entreprises à investir des moyens importants aussi bien dans leur propre sécurité que dans celle de leurs salariés » continuent les 25 mêmes organisations professionnelles. Et si eux, ils avertissent du danger, le message mérite d’être pris au sérieux et les affaires de kidnappings doivent être traités par des professionnels, vraiment des professionnels. Les structures ne manquent pas, il y a la brigade criminelle au niveau de nos polices judiciaires et récemment, des gens sélectionnés issus de deux corps des forces de l’ordre (Gendarmerie-Police) ont été regroupés au niveau d’une cellule anti-kidnapping. On attend, encore et toujours les résultats. Les gens se lassent d’entendre l’explication classique telle que la non-coopération des proches des victimes ne laisse pas l’enquête avancer. C’est un signe d’incompétence sinon une fuite de responsabilité. Du déjà vu…

D.R

 

Les 17 organisations signataires : GEM – SIM – GEFP – FIVMPAMA – Confédération du Tourisme à Madagascar – EFOI – APB – CCI France – AMIC – GAPCM – CFOIM – GOTICOM – GEVM – GFEM – GOTO – JPM – GPCAD – GTM – SEBTP – FIOVA – GEPAM – GENOM – GEPAT – GOANA – GES

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici