- Publicité -
jeudi, mai 19, 2022
DomicileÀ lireRégime HVM : Composé d’éléments clés de la Transition

Régime HVM : Composé d’éléments clés de la Transition

Même l’actuel SGP était un ancien SGG de la Transition (Photo d’archives)

A la recherche de boucs émissaires. Si l’on devait attribuer un titre aux agissements du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina et du régime HVM en général, « à la recherche de boucs émissaires » serait l’expression la plus appropriée.

En effet, depuis son accession au pouvoir, le président de la République ne s’est jamais retenu de jeter toutes les responsabilités relatives aux échecs, à cette improductivité, à ce marasme économique aux régimes précédents, notamment, celui de la Transition. Et pourtant, actuellement, il collabore et est bien entouré par des personnalités issues de ladite Transition. D’ailleurs, lui-même en faisait partie. L’on aurait sans doute entendu Hery Rajaonarimampianina, à maintes reprises, affirmer que « cinq ans ne suffisent pas pour redresser un pays ruiné par des crises politico-sociales successives » ou « je ne suis pas le responsable de cette pauvreté. Cela revient aux prédécesseurs ». Mais aurait-il oublié que lui-même faisait partie de la Transition ? Nul n’est sans savoir que Hery Rajaonarimampianina était le ministre des Finances et du Budget, le Grand Argentier de la Transition. Mais ce n’est pas tout et il est loin d’être le seul.

De la Transition. Eric Razafimandimby, le ministre des Travaux Publics occupait déjà ce poste durant le régime transitoire. Il en est de même pour Lanto Rasoloelison, le ministre de l’Eau, des Hydrocarbures, de l’Energie et des Hydrocarbures qu’est l’ancien ministre des Finances, remplaçant Rajaonarimampianina alors candidat à la magistrature suprême. Vonintsalama Andriambololona, l’actuelle ministre des Finances était l’ancienne secrétaire générale du ministère en question du temps de Rajaonarimampianina. Herilanto Raveloharison, le ministre de l’Economie et du Plan se chargeait du ministère de l’Environnement et des Forêts de la Transition.

« Chevronnés ». Outre ces personnalités, Hery Rajaonarimapianina travaille également avec des personnalités « chevronnées » – au propre comme au figuré – en politique. Maharante Jean de Dieu, le ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Administration était le ministre de l’Elevage puis vice-président du Conseil Supérieur de la Transition (CST). Harry Laurent Rahajason, le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, occupait également ce poste durant le régime transitoire, en étant au préalable, un conseiller spécial du président de la Transition. Roland Ratsiraka, le ministre du Tourisme occupait la vice-présidence du CST. Le ministère des Transports de la Transition revenait à Benjamina Ramanantsoa Ramarcel qu’est l’actuel ministre des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement. Et Jean Jacques Rabenirina, le ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine était déjà à la tête du ministère de l’Education Nationale.

Des collaborateurs de toujours. Et la liste est loin d’être exhaustive. Béni Xavier Rasolofonirina, le ministre de la Défense n’est autre que le premier adjoint du Cemgam lors de la Transition. Tazafy Armand, le ministre de l’Industrie était à la tête de la Direction Générale des Impôts (DGI) durant la Transition. Le secrétaire générale de la Présidence (SGP), Ralala Roger Pierre occupait le poste de secrétaire général du gouvernement (SGG) de la Transition. Toto Lydia Raharimalala, la ministre de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de l’Enseignement Professionnel assurait d’ores et déjà les fonctions de secrétaire général de ce même ministère durant la Transition. Rivo Rakotovao, le président du Sénat faisait partie du cabinet du MFB avec Hery Rajaonarimampianina.

Des « zanak’i Dada » aussi. Mais il n’y a pas que les personnalités issues de la Transition qui travaillent avec Rajaonarimampianina. Quelques unes étaient parmi les proches collaborateurs de l’ancien chef de l’Etat, Marc Ravalomanana et ce, nonobstant le fait que le locataire d’Iavoloha accuse ses prédécesseurs. Parmi eux figurent en l’occurrence, de Harison Randriarimanana, l’actuel ministre de l’Agriculture et de l’Elevage et de Baro Rafatrolaza, vice-ministre auprès du ministère des Affaires Etrangères chargé de la Coopération et du Développement. Harison Randriarimanana occupait ce département ministériel durant le régime de « Dada », tout comme Baro Rafatrolaza, ancien ministre de l’Elevage du gouvernement d’union nationale de la Transition, issu de la mouvance Ravalomanana. Même topo pour Denis Andriamandroso, ancien ambassadeur de Madagascar à Berlin sous Ravalomanana et qui, actuellement, est l’un des conseillers spéciaux du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina.

Aina Bovel

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

6 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici