- Publicité -
vendredi, mai 20, 2022
DomicileÀ lireLitige foncier à Ivato : Le Fokonolona dénonce l’abus de pouvoir des...

Litige foncier à Ivato : Le Fokonolona dénonce l’abus de pouvoir des militaires

Les militaires ont arraché les banderoles du Fokonolona.

Ce litige foncier prend depuis samedi dernier une nouvelle tournure, car le Fokonolona ose manifester contre ceux qui veulent l’exproprier.

Une tentative d’expropriation et d’expulsion est confrontée au refus de ceux qui ont valorisé le terrain depuis des années. C’est ce qui se passe actuellement à la BANI (Base AéroNavale d’Ivato). Samedi dernier, une dizaine de militaires étaient venue avec des engins prêts à être utilisés pour détruire et enlever les cultures se trouvant sur ce terrain de neuf hectares. La manifestation du « Fokonolona » parmi lequel se trouvent des militaires retraités et encore en service s’est poursuivie dimanche. Le « Fokonolona » s’est opposé à l’opération d’expulsion. Les travaux ont été alors suspendus. Un  père de famille faisant partie de ceux qui exploitent le terrain litigieux d’expliquer : « Nous valorisons ce terrain depuis plus de trente ans. Nous avons enclenché une procédure d’acquisition auprès des Services des Domaines et nous avons découvert que le terrain en question est un terrain domanial, donc appartenant à l’Etat. » Notre interlocuteur de conclure : « Ce terrain n’appartient donc pas à l’Armée Malagasy ».

Les militaires ont utilisé des engins.

Convoitise. D’après nos sources, le terrain litigieux n’a pas attiré la convoitise des officiers militaires qui tentent de l’accaparer actuellement. Mais, depuis qu’une route est construite entre Soavimasoandro et Ivato (Route de la Francophonie), l’endroit est devenu un objet de convoitise pour ces officiers militaires. D’ailleurs, ce terrain de neuf hectares est très fertile étant donné qu’il est situé au bord d’un lac. Interrogés sur l’objet de leur mission, les militaires envoyés sur place samedi dernier ont refusé de s’exprimer en prétextant qu’ils sont soumis à une subordination hiérarchique. « Nous sommes ici pour exécuter des ordres. », ont-ils répondu. Le Fokonolona a déjà intenté une action auprès du tribunal dans le cadre de ce litige qui l’oppose à un groupe d’officiers de l’Armée. A rappeler que le litige sur ce terrain de 9 hectares se trouvant à la BANI ne date pas d’aujourd’hui. Mais, c’est actuellement que le Fokonolona ose manifester publiquement contre les tentatives d’expropriation.

Problèmes récurrents. En tout cas, les litiges fonciers sont devenus des problèmes récurrents ces derniers temps dans toute l’île. Et c’est toujours le Fokonolona qui en est la victime. Dans la plupart des cas, les adversaires du Fokonolona finissent par gagner, notamment si l’affaire est portée devant la Justice. Mais, force est de constater que ce n’est pas seulement au niveau de la Justice que les « prédateurs » arrivent à faire réussir leurs manœuvres. Ils mobilisent également leur réseau au niveau des Services des Domaines où ils finissent toujours par obtenir des papiers en bonne et due forme leur permettant d’expulser ceux qui exploitent le terrain depuis des années. Ce qui se passe à la BANI n’en est qu’un cas flagrant de ce phénomène qui ternit l’image de notre administration domaniale et de notre Justice.

  1. R. Eugène
- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici