- Publicité -
samedi 2 juillet 2022
- Publicité -
DomicilePolitiqueChronique de Mickey : «Une personne nécessiteuse est un esclave de fait...

Chronique de Mickey : «Une personne nécessiteuse est un esclave de fait »

Pour sa campagne électorale Nicolas Sarkozy est accusé d’avoir eu recours à un financement illicite de 5 millions d’euros de la part du colonel Kadhafi. La Justice française le met en examen judiciaire dans cette affaire la considérant comme un délit. L’opinion s’en offusque que cet ex- président ait eu recours(ou accepter) à cette demande auprès d’un donateur ne sentant pas en odeur de sainteté pour son exercice de pouvoir. Le transfert aurait eu lieu sous le sceau du secret en 2007. Il faut dire que les largesses de Kadhafi étaient légendaires en ces temps-là et que pour arriver à ses fins, tout ne lui fut que question de prix. Enfin, l’histoire n’est faite que de répétitions. Déjà en 2001, pour s’affranchir des sanctions internationales suite à l’attentat de Lockerbie (destruction en vol d’un avion faisant 270 victimes en Ecosse). Kadhafi a fait appel à ses pairs africains et pris prétexte la mutation de l’OUA en UA (Union Africaine) plus fédérative et « intégrative », Le 1er et 2 mars de cette année- là lors d’un sommet extraordinaire, l’Acte fondateur de l’Union Africaine fut signé par 44 des 53 chefs d’Etat africains dont l’Amiral Didier Ratsiraka. Trois millions de dollars furent attribués à chaque pays signataire et c’est de notoriété publique, c’était en 2001 un an avant l’élection présidentielle malgache mais le rapprochement des moments ne peut être que fortuit.

«Une personne nécessiteuse est un esclave de fait » était écrit à Syrte ville natale et fatale au leader Libyen mort suite à une exécution sommaire susurre-t-on , et commanditée par des services secrets étrangers trop contents de voir disparaître « un généreux donateur devenu gênant ». Nicolas Sarkozy serait aussi coupable de complicité de détournement de fonds libyen dans cette affaire, alors on peut se demander en ces périodes troubles de vote des lois électorales à Madagascar si ces fonds et matériels provenant de l’extérieur ont fait l’objet d’enquête, ces 4×4, hélicoptères… s’ils ont été cédés dans la transparence et si les dons ont été faits dans la légalité dans les pays d’origines de ces « partenaires. Toujours est-il que la corruption n’est pas l’apanage de ces pays que les organisations spécialisées en la matière pointent du doigt. Chez nos voisins Mauriciens, par exemple, dont on vante l’exemplarité, la présidente a démissionné parce qu’elle est soupçonnée de détournement de fonds d’une fondation caritative, financée en plus, par une source douteuse. « Une personne… est une esclave de fait ».

M.Ranarivao

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici