- Publicité -
samedi 10 décembre 2022
DomicileFaits-DiversAmbohidratrimo : Cinq ménages attaqués par huit bandits avec des armes factices

Ambohidratrimo : Cinq ménages attaqués par huit bandits avec des armes factices

Quand on est pris de panique, on se laisse facilement entraîner par la peur. Tel était le cas des habitants du « fokontany » d’Ambohitrinilahy, commune rurale de Fiherenana dans le district d’Ambohidratrimo dans la nuit du vendredi 1er juin au samedi  2 juin 2018. Vers une heure du matin, cinq ménages ont été les cibles d’une  série d’attaques perpétrée par huit bandits. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, les malfaiteurs  ont réussi à s’emparer d’une somme de 612 000 Ariary et 10 téléphones portables chez leurs victimes qui n’avaient pas pu résister aux assaillants. En effet, les Forces de l’ordre n’étaient alertées que lorsque les malfrats ont évacué le lieu.

Pistolets factices. Selon les dépositions des familles victimes, l’attaque a eu lieu dans le village d’Avarabato alors que les habitants étaient tous dans les bras de Morphée. Pour s’introduire dans chaque maison cible, les prédateurs font sauter les portes avec des pieds-de-biche. Une fois à l’interieur, les uns  s’en sont pris à tous ceux qu’ils rencontrent dans la maison tout en brandissant des pistolets. Les autres  fouillent  la maison. Puisque les victimes n’ont  manifesté aucune  résistance d’autant plus qu’ils se trouvaient devant des hommes armés, aucun affrontement n’a eu lieu.  Selon toujours les informations, les victimes ne se sont rendues compte que les armes sur les bandits n’étaient que des pistolets factices quand ces  derniers sont partis. Cette situation est fréquente quand il y a attaque à main armée dans la mesure où, prise au dépourvu, la victime ne peut  plus distinguer une véritable arme à feu d’un jouet d’enfant.

T.M.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici