- Publicité -
samedi 4 février 2023
DomicileÀ lireCharte de bonne conduite : Boycottée par la majorité des candidats

Charte de bonne conduite : Boycottée par la majorité des candidats

La cérémonie de signature de la Charte de bonne conduite des candidats a été un échec.

Pour la plupart des candidats, il n’y a aucune raison de signer cette Charte proposée par le CFM si certains d’entre eux sont victimes de traitement inégalitaire.

Echec. C’est le constat qui s’impose lors de la première journée de la signature de la fameuse Charte de bonne conduite des candidats organisée hier au ministère des Affaires Etrangères à Anosy. En effet, sur les 36 candidats en lice, seulement six ont signé la Charte. Il s’agit de Jean Max Rakotomamonjy, Richard Rakotofiringa, Saraha Rabeharisoa, Mamy Radilofe, Solo Norbert Randriamorasata et Faly Rasolonjatovo. Cinq autres candidats ont fait le déplacement à Anosy, mais ils y étaient venus pour dénoncer haut et fort ce qui les motive à ne pas adhérer à la cause du CFM (Comité du Fampihavanana Malagasy). Ces cinq candidats sont José Andrianoelison, Arlette Ramaroson, Fanirisoa Ernaivo et Pasteur André Mailhol. 12 candidats ont été représentés : Haingo Rasolofonjoa, Paul Rabary, Ny Rado Rafalimanana, Hery Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina, Narison Stephan, Omer Beriziky, Solonandrasana Mahafaly Olivier, Roland Ratsiraka, Orlando Robimanana et Emma Rasolovoahangy.

Coups bas politiques. 13 candidats n’ont pas été ni présents, ni représentés. Il s’agit de Marc Ravalomanana, Tabera Randriamanantsoa, Dama Mahaleo, Jules Etienne Rolland, Jean-Jacques Ratsietson, Radavidson Andriamparany, Eliana Bezaza, Erick Rajaonary, Joseph Martin Randriamampionona, Imbeh Serge Jovial et Bruno Rabarihoela. Chaque candidat a ses propres raisons pour ne pas signer. Pour le candidat André Mailhol, d’après son directeur de campagne Paolo Raholinarivo, il n’a pas signé tout simplement parce que son nom et celui de sa femme ont été retirés de la liste électorale. Pour Fanirisoa Ernaivo, elle a laissé entendre qu’elle va contester le résultat de l’élection du 07 novembre car les règles de jeu ne sont pas claires dès le début. Quant à lui, le candidat Didier Ratsiraka réclame la réconciliation nationale avant toute élection. Bien qu’il ne l’ait pas dit, le candidat Marc Ravalomanana n’a pas signé la Charte parce qu’il est actuellement victime des coups bas politiques de certaines autorités compétentes. D’après nos informations, l’ACM (Aviation Civile de Madagascar) refuserait d’octroyer une autorisation de vol aux hélicoptères de ce candidat du TIM.

Jusqu’au 07 octobre. A l’allure où vont les choses, la Charte de bonne conduite des candidats élaborée par le CFM, en collaboration avec la CENI, le Bianco, le Samifin et la Justice et Paix ainsi que plusieurs entités de la société civile, serait une coquille vide. Les candidats qui n’ont pas signé hier ont en tout cas jusqu’au 07 octobre, dernier jour avant l’ouverture de la campagne électorale, pour décider. A noter que cette Charte de bonne conduite des candidats n’a pas une force exécutoire. La candidate Fanirisoa Ernaivo a raison de proposer que ladite Charte doit être une loi pour qu’elle s’impose à tous ceux qui la signe et pour que les candidats qui ne la respectent pas soient sanctionnés. Bref, un deuxième échec cuisant pour le CFM après celui qu’il a connu à l’issue des assises de la réconciliation nationale tenues au CCI Ivato au mois de juin.

R. Eugène

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

9 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici