- Publicité -
samedi 28 janvier 2023
DomicileEconomieServices écologiques : Une valeur économique estimée à 20 milliards USD par...

Services écologiques : Une valeur économique estimée à 20 milliards USD par an pour l’Indianocéanie

A Madagascar, 510 000 ha de forêts sont perdus , alors que leurs services écologiques ont une valeur économique non négligeable. (Photo d’archives)

Les résultats du Rapport Planète Vivante 2018 publié par le WWF ou Fonds mondial pour la nature, sont alarmants.

L’activité humaine pousse les systèmes naturels de la planète, piliers de la vie sur Terre, au bord du gouffre. C’est ce qu’on a appris dans le Rapport Planète Vivante 2018 de WWF  ou Fonds mondial pour la nature, présentant une vue d’ensemble de l’état de notre monde naturel, vingt ans après sa première publication. Les signaux sont ainsi alarmants. En effet, les populations mondiales de poissons, d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles ont diminué de 60 % en moyenne entre 1970 et 2014. On estime que la Terre aurait perdu environ la moitié de ses coraux en eaux peu profondes au cours des trente dernières années. À Madagascar en particulier, les données fournies par Global Forest Watch pour 2017 montrent que, la Grande île a perdu 510.000 ha de ses forêts. C’est un triste record mondial !

Valeur de la nature. Tout en soulignant l’étendue et l’impact de l’activité humaine sur la nature, ce Rapport Planète Vivante 2018 met également l’accent sur l’importance et la valeur de la nature pour la santé et le bien-être des personnes, mais aussi pour nos sociétés et nos économies. À l’échelle mondiale, la nature fournit des services d’une valeur d’environ 125 milliards USD par an, tout en contribuant à garantir un apport d’air frais, d’eau propre, de nourriture, d’énergie, de médicaments et d’autres produits et matières. Et au niveau de l’Indianocéanie occidental, la valeur économique des divers services rendus par les écosystèmes marins et côtiers, est estimée à peu près 20 milliards USD par an.  La biodiversité est en fait, « l’infrastructure » qui soutient notre société et notre développement.

Opportunité unique. Cependant, « la science nous montre la dure réalité que nous faisons subir à nos forêts, nos océans et nos rivières. Petit à petit, la diminution du nombre d’animaux et de lieux sauvages est un indicateur de l’impact et de la pression considérables que nous exerçons sur la planète, sabotant ainsi le tissu vivant qui nous soutient tous : la nature et la biodiversité », a déclaré Marco Lambertini, Directeur général, WWF International. Il est encore temps d’inverser la courbe de la perte de la biodiversité. Pour ce faire, le WWF propose l’établissement d’une feuille de route pour la biodiversité pour 2020-2050. En 2020,  les dirigeants doivent examiner les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), de l’Accord de Paris sur le climat, et de la convention sur la diversité biologique (CBD). C’est une opportunité unique pour définir une vision ambitieuse et des objectifs communs clairs afin de restaurer l’abondance de la nature à des niveaux qui lui permettront, à elle mais aussi à nous, de prospérer, a-t-on conclu.

Navalona R.

- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici