- Publicité -
dimanche 26 juin 2022
DomicileÀ lireClaudine Razaimamonjy : Impliquée d’une nouvelle affaire de détournement de 18 milliards...

Claudine Razaimamonjy : Impliquée d’une nouvelle affaire de détournement de 18 milliards d’ariary

Claudine Razaimamonjy impliquée dans une nouvelle affaire de détournement de 18 milliards d’ariary.

La milliardaire fait toujours parler d’elle-même si elle croupit encore en prison. Toujours est-il qu’elle a été impliquée dans de détournement de fonds publics et de favoritisme dans la région Haute Matsiatra.

Le Bureau Indépendant Anti corruption (Bianco) a été saisi de plusieurs doléances concernant des faits suspectés de détournement de fonds publics et de favoritisme dans le cadre des marchés de travaux de réhabilitations des infrastructures scolaires dans la région Haute Matsiatra en 2015 et 2016.

Paiements occultes. Selon les informations obtenues, des paiements occultes, extrabudgétaires et illégaux auraient été faits par le ministère des Finances de l’époque au profit des fournisseurs et entreprises prête-noms d’une dame désormais bien connue de la justice Malagasy et qui croupit encore en prison en attendant les sorts réservés à ses multiples affaires en cours au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) et de la justice. Prête-noms qui par ailleurs ont toutes été récemment débusquées par le BIANCO après plusieurs années de cavale.

Responsables. Les enquêtes effectuées par les investigateurs de la Branche Territoriale d’Antananarivo ont pu mettre en exergue et confirmer l’implication de 15 personnes dans ce dossier dont des hauts responsables auprès du ministère des Finances et du Budget, de celui de l’Education nationale, tous les membres de la commission d’appel d’offres. Il s’agit, entre autres, de Claudine Razaimamonjy et ses deux prête-noms dans la réalisation de ces infractions de favoritisme et de détournement de deniers publics. Le dossier a été transmis au Pôle Anti-corruption (PAC) et à la Haute Cour de Justice ce jour par le BIANCO.

Préjudice. Selon le Bianco, le préjudice de l’Etat dans ce dossier a été estimé à plus de 18 milliards ariary. Les marchés publics visés par ces malversations concernent plusieurs dizaines de lycées, de collèges d’enseignement général (CEG) et d’écoles primaires publiques (EPP). On a l’impression qu’on a affaire à des simulacres d’appels d’offres

Recueillis par Dominique R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

7 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici