- Publicité -
jeudi 1 décembre 2022
DomicileÀ lireCybercriminalité : Une amende de 10 millions d’ariary pour chacun des deux...

Cybercriminalité : Une amende de 10 millions d’ariary pour chacun des deux journalistes

Le monde de la presse malgache a accueilli hier avec consternation la peine prononcée contre deux de ses acteurs.

Le verdict est tombé. Nadia Raonimanalina de la MBS et Mahefa Rabearivony de  24h Mada écopent chacun d’une peine d’amende de 10 millions d’ariary. Tandis que Arphine Rahelisoa du « serasera cua » a été relaxée au bénéficie du doute. Quant à Patrick Andriamisa, un arrêt de poursuite a été ordonné contre ce directeur de la Culture au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo. « Le pouvoir en place n’a pas opté pour l’apaisement. Une lourde peine d’amende est appliquée aux journalistes qui font leur travail. », a réagi le président de l’Ordre des Journalistes de Madagascar Gérard Rakotonirina. « Je trouve que cette peine est disproportionnée pour des journalistes dont la précarité de la rémunération par rapport aux responsabilités et aux risques encourus dans ce métier est connue de tout le monde. Les cas flagrants de diffamation sont nombreux à Madagascar, mais il y a véritablement deux poids deux mesures. », a affirmé quant à lui Vivier Raoelison, l’un des avocats de la défense à l’issue du procès d’hier.

1 ariary symbolique. En prononçant son verdict, la justice a appliqué l’article 20 nouveau de la loi n°2016-031 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2014-006 du 17 juillet 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité qui prévoit : « L’injure ou la diffamation commise (…) envers les Forces Armées nationales ou d’un Etat (…) sera punie d’une peine d’amende de 2.000.000 Ariary à 100.000.000 Ariary ». La peine d’amende prononcée hier contre Nadia Raonimanalina et Mahery Rabearivony est la peine maximale prévue par la loi n°2016-029 portant Code de la Communication médiatisée. Cette peine maximale de 10.000.000 Ariary a suscité à l’époque la réaction négative des professionnels de la presse. Raison pour laquelle, sa réduction à 6.000.000 Ariary faisait l’objet des consultations menées en vue de modification de la loi en question. Un avant-projet de loi y afférent a été adopté lors du Conseil de gouvernement du 18 septembre dernier. Ce qui est ahurissant dans cette affaire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé le stade municipal de Mahamasina, c’est que lors du procès du 16 septembre dernier, le plaignant qui est le Chef de l’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy n’a réclamé qu’1 ariary symbolique à titre de réparation.

« Menace ». Le président de l’Ordre des Journalistes Gérard Rakotonirina n’a pas caché son appréhension devant cette « condamnation excessive ». « Ce genre de peine constitue une sérieuse menace contre la liberté de la presse à Madagascar. Si un organe de presse financièrement précaire fait l’objet de cette condamnation, il est voué à disparaître. Je ne suis pas là pour remettre en cause un jugement. Je suis là pour interpeller l’opinion sur ce qui se passe dans notre pays où la poursuite des journalistes devient monnaie courante ces derniers temps. », a-t-il dénoncé. Avant d’enfoncer le clou : « Je pense qu’une justice à deux vitesses n’est pas une solution. Il y a des journalistes qui enfreignent carrément la loi dans l’exercice de leur métier, mais ils ne sont même pas inquiétés. » A rappeler que l’histoire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé sans l’autorisation du propriétaire du lieu le stade municipal de Mahamasina se trouve à l’origine de l’affaire. Les photos de l’hélico ont été publiées dans les réseaux sociaux et on a accusé des journalistes pour en être les responsables. « On ne savait même pas que c’était un hélicoptère de l’Armée. Donc, il n’y  avait aucunement une intention de diffamer qui que ce soit dans ce que nous avons publié. », ont déclaré les prévenus durant le procès.

  1. Eugène
- Publicité -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,754AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

18 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici