- Publicité -
dimanche, mai 22, 2022
DomicileÀ lireBain de sang à Soavinandriana : Deux gendarmes tirent sur les fokonolona,...

Bain de sang à Soavinandriana : Deux gendarmes tirent sur les fokonolona, au moins deux morts

Un abus de pouvoir assorti d’une extorsion de fonds. Les auteurs de ces délits graves sont deux gendarmes qui ont forcé un marchand de poisson à leur donner de l’argent, selon les habitants de Dondona, une localité située dans le district de Soavinandriana. L’acte s’est produit hier en milieu d’après-midi, au marché hebdomadaire de Dondona. Une forte affluence s’y tient puisque mardi est le seul jour de marché dans la circonscription. Les milliers de gens qui y fréquentent ont été à la fois spectateurs et témoins de l’acte de violence perpétré par deux hommes en treillis et munis d’armes. Ces derniers, lorsque le vendeur de poisson a refusé de les payer, la réponse a été violente. « Ils l’ont tabassé jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Les gens se sont donnés la main pour l’évacuer dans un centre de santé local », a expliqué un témoin oculaire. Entretemps, la colère a commencé à monter et les fokonolona en pleine effervescence. Les gendarmes se sont rendus compte que l’heure est grave. Ils ont pris la poudre d’escampette pour se réfugier chez eux. Mais comme tout le monde se connaît dans un tel petit village, la population a vite localisé leur cachette.

Troupe armée. Sur place, les gens ont voulu les faire sortir de force pour être livré à la vindicte populaire. Ils, toujours les gendarmes, ont riposté par la violence en usant de leurs armes. Ils ont tiré sur ceux qui viennent. Un véritable bain de sang. Au moins deux morts, a-t-on appris de sources concordantes. Durant l’échauffourée, il y avait eu des blessés. Les religieux sur place l’ont évacué d’urgence par leurs voitures, à l’hôpital de Soavinandriana. Des gendarmes y ont été dépêchés en renfort. Des officiers supérieurs tenant des postes à responsabilités dont le commandant de la circonscription régionale d’Analamanga ont fait partie de la délégation. A l’arrivée de la troupe armée, les gens commencent à se retirer de Dondona mais la situation n’a pas encore été totalement maîtrisée. Énièmes meurtres de la part des hommes de la gendarmerie durant ces deux premières semaines de l’année. Il est temps de penser à désarmer ceux qui ne méritent pas de détenir des armes et surtout en dehors de mission diligentée légalement. On attend la version officielle de la part de la gendarmerie nationale. Les chefs hiérarchiques se mettront-ils en position de protecteurs en arguant qu’il s’agit d’une légitime défense ou plutôt dire le contraire ? Pour information, les autorités locales de Soavinandriana tiendront une conférence de presse, sur place, aujourd’hui.

D.R

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

7 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici