- Publicité -
samedi 24 septembre 2022
DomicilePolitiqueDoublons de CIN : Thierry Rakotonarivo se dédit

Doublons de CIN : Thierry Rakotonarivo se dédit

Cette déclaration pourrait remettre en cause la crédibilité de la CENI qui n’a encore pas fait l’unanimité au niveau des différentes forces politiques.

Objectif atteint pour le Vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Thierry Rakotonarivo. Sa déclaration relatant l’existence de doublons de 526 275 cartes d’identité nationale (CIN) qui auraient touché 1 162 512 électeurs, a provoqué la zizanie au niveau de l’opinion publique et de la classe politique. Une déclaration que l’opposition a tout de suite mise à profit pour remettre en cause les résultats de la dernière élection présidentielle. Hier, le Vice-président de la CENI s’est de nouveau exprimé, mais cette fois-ci, pour se dédire. Mais le mal est déjà fait. Selon Thierry Rakotonarivo, « ces doublons de CIN n’ont aucune répercussion sur le choix des électeurs, ni sur les résultats des scrutins, et encore moins sur la liberté des électeurs à se rendre aux urnes ». Une manière à lui de répondre aux partisans du candidat malheureux du second tour, Marc Ravalomanana, qui ont déjà entamé une action pour réclamer l’annulation de l’élection. Avec cette rétraction de Thierry Rakotonarivo, les « zanak’i Dada » risquent d’être déçus.

Mea-culpa. Hier, le numéro deux de la CENI a soutenu que « l’élection de 2018 était crédible. Cependant, comme à chaque scrutin, il existe toujours quelques imperfections ». En faisant son mea-culpa, Thierry Rakotonarivo a attribué la faute à la Commission Électorale Nationale Indépendante. « Ces doublons pouvaient être dus à des erreurs de saisie au niveau de la CENI, ou lors du recensement effectué au niveau des Fokontany », a-t-il déclaré. Et lui d’expliquer aussi au passage que sa déclaration a été mal perçue par les observateurs. Selon ses dires, « l’objectif était d’encourager les personnes en âge de voter à se rendre auprès des Fokontany pour vérifier leurs noms sur les listes électorales ». « Nous n’avons pas du tout dénoncé l’existence d’un individu en possession de plusieurs cartes d’identité nationale mais d’un numéro de CIN qui a été attribué à plusieurs personnes », a-t-il soutenu, avant d’expliquer que « ces erreurs n’ont eu aucune répercussion sur les résultats des scrutins. Aucune influence non plus sur le taux de participation ». La question est donc de savoir pourquoi l’avoir évoqué plus d’un an après les scrutins ? En effet, bien malgré cette rétraction, les observateurs se posent des questions sur la motivation qui a incité Thierry Rakotonarivo à faire cette déclaration. Plus d’un estime que cet aveu pourrait remettre en cause la crédibilité de la CENI qui n’a déjà pas fait l’unanimité au niveau des différentes forces politiques.

Davis R

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
311,259FansAimer
1,424AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

5 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici