- Publicité -
MG
mercredi 17 août 2022
- Publicité -
DomicileFaits-DiversAides sociales dans le confinement : Le bureau de la commune pris...

Aides sociales dans le confinement : Le bureau de la commune pris d’assaut par une foule mécontente

Instaurées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, l’application de la mesure de confinement et la distribution d’aides sociales à la population censée être victime de cette mesure ne cesse de créer des problèmes. Depuis le début de cette opération, on entend toujours des grognes de contestations aussi bien de la part des responsables étatiques qu’au niveau de la population cible. Tout le monde se méfie et s’accuse. Le pire est de constater la déperdition de la confiance entre les administrés et les autorités locales. Ces premiers qui deviennent des rebelles s’insurgent contre les dernières. Ce qui s’est récemment passé dans la commune rurale d’Ankaraobato, dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano en est  l’exemple de cette dérive. Le 29 avril, un groupe de personnes s’est rendu au bureau de la commune de  cette circonscription pour manifester sa colère contre les responsables chargés de la distribution des aides sociales destinées à la localité. Rassemblés sur les lieux, ces gens, issus des sept fokontany de la commune, se plaignaient ne pas avoir reçu leur part sur les dons offerts par le Président de la République dans le cadre de cette mesure de confinement. Se manifestant devant la mairie, ces gens sont allés jusqu’à jeter des pierres au bureau de la commune. Ils ont agi ainsi car ce qu’ils pensaient que des cargaisons de dons ont été cachées à l’intérieur de ce bâtiment, à attendre les explications du maire d’Ankaraobato. Etant convaincus qu’il n’y a rien à l’intérieur suite aux explications données par des responsables communaux, ces gens se sont ensuite rendus au domicile du maire en estimant que ce don devait être stocké là-bas. Heureusement que des éléments des forces de l’ordre se sont intervenus à temps. Selon le maire, ces gens s’apprêtaient à passer au pillage de son domicile quand les hommes en treillis ont réussi à les disperser, souligne le maire. Malgré tout, il affirme avoir peur de sa vie car le lendemain, soit le 30 avril vers 19 heures, un groupe d’individus sont revenus chez lui pour tenter de nouveau semer la pagaille. Un fait qu’il estime injuste dans la mesure où au niveau de sa commune, une organisation bien structurée est déjà établie pour gérer la réception et la distribution de ces aides sociales. Le comité Loharano est déjà constitué au niveau de chaque fokontany et collabore étroitement avec les chefs Fokontany. Il affirme que les deux vagues d’aides sociales reçues par sa circonscription ont été distribuées en toute transparence et cela sous le contrôle des autorités compétentes depuis le fokontany jusqu’à la Présidence de la République en passant par le Chef du district d’Antananarivo-Atsimondrano.

T.M. 

- Publicité -
- Publicité Google Ads -
Suivez nous
299,440FansAimer
1,213AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici