- Publicité -
jeudi, mai 19, 2022
DomicileEconomiePPN : 16. 000 tonnes de riz importés par SPM

PPN : 16. 000 tonnes de riz importés par SPM

Aucune pénurie de riz n’est à craindre, selon le MICA.

Les économistes estiment qu’il pourrait y avoir une crise alimentaire mondiale à la suite de cette pandémie de Covid-19 qui affecte le monde entier.

Bon nombre de pays ont ainsi fermé leurs frontières tout en effectuant une restriction sur l’exportation des produits alimentaires. Mais certains d’entre eux commencent actuellement à faire un déconfinement progressif. Et deux pays ayant un excédent de riz ouvrent en ce moment leurs marchés. En dépit de tout cela, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, rassure les consommateurs, lors d’une conférence de presse tenue hier, qu’il n’y aurait pas de pénurie de Produits de Première Nécessité (PPN) à Madagascar. « Parlant du riz, la principale denrée alimentaire de la population, la State Procurement of Madagascar (SPM), une société mise en place par l’Etat, a déjà importé 16.000 tonnes de riz. Cette société est maintenant structurée puisque son Directeur général est nommé et les membres du Conseil d’administration sont constitués », a-t-elle déclaré.

Stock stratégique. Elle a précisé que cette entreprise, nouvellement créée par l’Etat, se charge de l’importation des produits de première nécessité ainsi que des produits pétroliers dans le but de réguler le marché local. Dans la même foulée, « nous sommes actuellement en pleine période de récolte. Treize régions de l’île produisent du riz. Notre département se charge ainsi de la régulation de l’approvisionnement en riz des autres régions déficitaires tout en facilitant la distribution de ce produit  », a-t-elle enchaîné. Et ce n’est pas tout ! Les ministères en charge du Commerce et de l’Agriculture prévoient de constituer un stock stratégique en cette période de récolte de grande saison de riz au niveau des zones productrices. « L’objectif consiste à bien réguler la filière tout en identifiant les acteurs qui y opèrent afin d’éviter la spéculation sur les prix de ce produit de première nécessité ou d’une éventuelle rupture de stock fictive », d’après toujours les explications du ministre Lantosoa Rakotomalala.

Contrôles continus. Par ailleurs, elle a soulevé que les brigades mixtes composées des éléments de la force de l’ordre et des agents du ministère du Commerce effectuent des suivis et contrôles continus sur l’évolution des prix des PPN et la situation de stocks sur le marché local. « Jusqu’à maintenant, aucune hausse des prix de ces produits n’a été enregistrée, et ce, malgré cette crise sanitaire. En revanche, nous sollicitons toujours les commerçants à afficher les prix de ces denrées alimentaires », a-t-elle conclu.

Navalona R.

- Publicité -
- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

4 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici