- Publicité -
mercredi 29 juin 2022
DomicileFaits-DiversEtat d’urgence sanitaire : 27 actes de grand banditisme enregistrés auprès de la...

Etat d’urgence sanitaire : 27 actes de grand banditisme enregistrés auprès de la BC

Le Commissaire divisionnaire Hercule Seraly.

En cette période d’état d‘urgence sanitaire où la majorité de la population se trouve dans la précarité totale pour survivre, les malfaiteurs en profitent pour commettre leur forfait. Ces ennemis de la Nation n’attendent que la moindre défaillance chez les forces de l’ordre qui ne cessent de multiplier leurs efforts pour maîtriser la propagation de la pandémie du COVID-19. Le bilan dressé par la direction de la Police judiciaire au niveau de la Police nationale concernant les actes criminels (braquage de cash point, de magasins, de domiciles, meurtres et assassinats) commis dans la Capitale depuis l’instauration de cette mesure d’état d’urgence, soit exactement depuis le 23 mars, jusqu’à fin mai, est alarmant. Durant cette période, la Brigade criminelle Anosy a reçu 27 plaintes relatives à ces actes de grand banditisme. 11 d’entre elles ont été élucidées. Ce qui a permis d’emprisonner 25 personnes après leur défèrement au Parquet. Expliquant ces chiffres, le Commissaire divisionnaire Hercule Seraly, directeur de la Police Judiciaire auprès de la Police Nationale à Anosy veut affirmer que les Forces de l’ordre ne restent pas les bras croisés face à la recrudescence de l’insécurité dans la Capitale tout en contribuant activement à la lutte commune contre le Coronavirus. « La Police nationale ne se limite pas seulement à la répression des malfaiteurs, elle veille également à la protection de la population à travers la mise en place des dispositifs de prévention contre les menaces selon les recommandations données par le ministre de la Sécurité publique», dit-il. Et cela par le renforcement des patrouilles, jour et nuit, dans toutes les zones réputées rouges. A cela s’ajoute la collaboration entre les huit commissariats existant à Tana et les comités de vigilance villageois à travers la communication rapide de renseignements fiables pour que la police puisse intervenir à temps. Pendant ces deux derniers mois, la police a réussi à déjouer 15 actes de banditisme grâce à cette méthode de travail, a souligné le DPJ. En ce qui concerne, les affaires de kidnapping, ce responsable affirme que la brigade criminelle continue toujours ses enquêtes. Impliqué dans l’enlèvement du ressortissant Karana Anil Karim, commis le 27 avril, un homme vient d’être incarcéré à Tsiafahy après avoir été déféré au Parquet la semaine dernière.

T.M.

- Publicité -
Suivez nous
241,227FansAimer
1,007AbonnéesSuivre
Articles qui pourraient vous intéresser

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici